30 mai 2016

Bluebus : début de l'exploitation

C'est aujourd'hui que débute le service des premiers autobus électriques Bluebus développés par Bolloré. Si l'industriel avait appelé son microbus "Bluetram" en le présentant pompeusement comme une alternative "sans rails et sans fils" au tramway, le Bluebus laisse de côté les artifices de communication. D'une longueur de 12 m, il offre la même capacité qu'un véhicule "classique".

IMG_0049

Paris - Champ de Mars - 2 décembre 2015 - Voici près de 6 mois,  un BlueBus avait été présenté dans une exposition très temporaire des solutions de bus propres en marge de la COP21. © transportparis

Il s'agit pour le groupe Bolloré de la poursuite de son entrée dans le domaine de la mobilité, après les Bluecars des services de voitures en libre service, ce qui lui donnerait un certain avantage sur les constructeurs de matériel urbain déjà implantés. La stratégie de diversification cherche aussi à mieux rentabiliser l'investissement réalisé sur le site de production de ces batteries, actuellement sous-utilisé puisque 5000 Bluecars circulent, chacune munies d'une seule batterie. En perçant dans le domaine du transport public, Bolloré cherche aussi à amortir ses investissements.

Equipé de 8 batteries Lithium Métal Polymère, produite par Blue Solutions, autre label du groupe Bolloré, son autonomie oscille entre 180 et 250 km ce qui, selon la RATP lui procure une autonomie suffisante par rapport aux journées de service d'un autobus.

Si du point de vue voyageurs, son autobus devrait répondre aux besoins puisque son aménagement est très voisin des véhicules à moteur thermique, il faudra toutefois vérifier dans la durée la tenue des batteries sur un véhicule utilisé de façon intense pendant une dizaine d'heures. L'enjeu de l'expérimentation sur la ligne 341 Porte de Clignancourt - Place de l'Etoile est aussi de se doter d'un cas d'application pour évaluer les coûts de posession de l'autobus électrique. Aujourd'hui, à 500 000 € pièce, il est deux fois plus cher qu'un autobus Diesel et 30% plus cher qu'un autobus hybride. L'expérimentation menée permettra d'évaluer les conditions d'amortissement de ce surcoût, au-delà des effets d'une production à plus grande échelle, sur la longévité du véhicule et de ses batteries, bref de cerner le modèle économique de l'autobus électrique. En ce sens, l'expérimentation sur la ligne 341 est intégrée au programme européen ZEUS (Zero Emission Urban bus System).

L'objectif de la RATP dans son plan Bus 2025 est d'arriver à 80% de véhicules "zéro émissions" d'ici 2025 : il faudra pour cela que les conclusions de l'étude grandeur nature lancée aujourd'hui soient positives car le défi est de taille.

Posté par ortferroviaire à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Et voici le MP14 !

... En images pour l'instant ! Alstom avec la RATP, la Région et le STIF ont présenté ce matin le design intérieur et extérieur du MP14.La livrée extérieure n'est évidemment pas celle qui sera retenue, puisque n'apparaissent ni les couleurs ni les logos de la RATP et du STIF.

©Alstom Design & Styling

Vue extérieure : retour à un nez vertical, avec un pare-brise entouré d'une rampe lumineuse qui n'est pas sans rappeler celle des rames du métro de Vienne ou du tramway de Tours. Pour le reste, la largeur et le positionnement des portes est prédéfini par l'architecture du MP89 du fait des façades de quai. (document Alstom)

© Alstom Design & Styling

A l'intérieur, disposition somme toute classique largement calquée sur celle du MP89 et du MP05. On note le retour à des tissus plus sobres mais l'assise claire risque de poser des questions de maintenabilité et de propreté... (document Alstom)

© Alstom Design & Styling

Vue d'une plateforme d'une voiture de tête. On notera aussi - du moins sur les images de synthèse - la clarté des de l'éclairage à LED.  (document Alstom)

La première tranche comprend 37 rames de 8 voitures destinées à la ligne 14. Elles succèderont aux MP89 et MP05 qui seront destinées à circuler sur la ligne 4 lors de son automatisation. La ligne 4 recevra d'ailleurs quelques MP14 en version 6 voitures puisque le nombre de rames libérées est inférieur au nombre de rames nécessaires à l'exploitation, surtout avec le prolongement de Montrouge à Bagneux. Les MP89 libérés iront remplacer les MP73 de la ligne 6. On peut aussi envisager qu'en cas de prolongement de la ligne 1 à Val de Fontenay, certains MP05 quittent la ligne 4 pour la ligne 1, remplacés à due proportion par des MP14.

Les MP14 circuleront également sur la ligne 11 où elles prendront la succession des MP59 lors du prolongement à Rosny Bois Perrier. Particularité : ces rames seront exploitées en conduite classique avec conducteur... du moins dans un premier temps, la ligne 11 ayant vocation à être automatisée lors du prolongement à Noisy-Champs. Alors le MP14 sera-t-il reconfigurable ou faudra-t-il commander de nouvelles rames automatiques ? Dans cette hypothèse, les MP14 en conduite classique n'auraient d'autre alternative que d'être mutés sur la ligne 6, succédant alors aux MP89.

Bref, un joli jeu de chaises musicales avec le MP14...

Posté par ortferroviaire à 13:21 - - Commentaires [73] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 mai 2016

Bus hybrides : les livraisons continuent

Poursuivons notre tour d'horizon du renouvellement de la flotte d'autobus de la RATP et l'arrivée des hybrides. Notre dernier reportage vous présentait l'arrivée des GX337 Hybrides sur les lignes 39 et 42 et des Urbanway 12 sur la ligne 82. Cette fois-ci, nous allons en banlieue.

280416_112vincennes-marechaux

Vincennes - Cours des Maréchaux - 28 avril 2016 - Début de parcours pour le GX337 hybride n°1173 à destination de la gare de La Varenne Chennevières : net rajeunissement du matériel puisque la ligne était précédemment exploitée en Agora V2. © transportparis

150516_360suresnes-washington2

Suresnes - Boulevard de Washington - 15 mai 2016 - Longeant le cimetière américain du parc du Mont Valérien, la ligne 360 va pouvoir juger grandeur nature des bénéfices de la motorisation hybride sur un itinéraire escarpé. Les GX337 y succèdent aussi à des Agora V2 © transportparis

250516_323ivry-gosnat

Ivry - Avenue Georges Gosnat - 25 mai 2016 - Axe stratégique de la petite couronne sud, la ligne 323 relie Issy les Moulineaux à Ivry sur Seine. Avec ici deux Lion's City qui se suivent, ce cliché illustre d'une part l'irrégularité de la ligne et suggère qu'une exploitation par autobus articulés serait nécessaire sur cet axe qui relie des communes de forte densité de population et d'emplois, notamment à ses deux extrémités. © transportparis

Devançant vos commentaires : non, nous n'oublions pas l'arrivée des Lion's City au GNV au dépôt de Créteil... patience !

Posté par ortferroviaire à 20:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Ligne 15 Est : enquête publique

C'est au tour de la section Est de la ligne 15 d'entrer en enquête publique, depuis le 23 mai et jusqu'au 27 juin. Le maillon Saint Denis Pleyel - Champigny, long de 23 km, comprend 12 gares nouvelles prévoyant des correspondances avec les lignes 1, 5, 7, 11, 12, 14, 15, 16, et 17 du métro, les lignes A, B, D et E du RER ainsi que les tramways T1, T4, T8 et la tangentielle nord.

Entre Rosny Bois Perrier et Nogent Le Perreux, trois stations sont communes au RER E, avec un itinéraire strictement parallèle. Un tracé qui a déjà suscité des critiques quant au maillage du territoire et à la redondance avec le RER E. Cependant, la desserte fine par le RER n'est assurée que tous les quarts d'heure par la mission Villiers sur Marne, et il faut bien admettre que la voirie en surface n'offre guère de possibilités pour assurer une liaison nord-sud efficace : seule la ligne 116 assure aujourd'hui une liaison nord-sud sur un corridor voisin.

Le coût du génie civil est estimé à 3,179 MM€, hors gares de Pleyel et de Champigny imputées à d'autres sections de la ligne. Le volet foncier est évalué à 270 M€ portant le coût total à 3,45 MM€. Enfin, le matériel roulant devrait représenter un investissement de 323 M€.

Les prévisions de trafic tiennent compte de différentes échéances.Rappelons les phases de mise en service de la ligne 15 :

  • phase 1 : Pont de Sèvres - Noisy-Champs
  • phase 2 : prolongement de Pont de Sèvres à Nanterre La Folie
  • phase 3 : ouverture de la section Saint Denis Pleyel - Rosny Bois Perrier (autonome)
  • phase 4 : ouverture de la section Nanterre La Folie - Saint Denis Pleyel et exploitation continue Noisy-Champs - Rosny Bois Perrier
  • phase 5 : achèvement de la ligne par la section Rosny Bois Perrier - Champigny centre

Pour la section Pleyel - Champigny, la prévision de trafic en phase 3 (exploitation limité à Bois Perrier) table sur 110 000 à 170 000 voyageurs par jour avec un intervalle de 4 minutes en pointe. La connexion à l'ouest en phase 4 provoquerait un doublement de la fréquentation de la ligne. Le schéma final table sur 340 000 à 470 000 voyageurs par jour. On notera tout de même que les fourchettes de prévision sont relativement larges.

Ce tronçon devrait alléger la section centrale du RER E d'environ 5 à 10%. En revanche, on peut avoir quelques interrogations sur le niveau de charge de la ligne 14 dès Pleyel en direction de Paris compte tenu de la forte attractivité de l'itinéraire pour rejoindre le quartier Saint Lazare. Enfin, ce maillon de la ligne 15 devrait avoir un effet significatif sur la charge du T1 en redistribuant les rôles : au tram le cabotage de proximité et au métro les liaisons entre les principaux pôles du nord-est parisien.

Posté par ortferroviaire à 17:36 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

24 mai 2016

La fin du ticket de métro ?

C'est par cette formule très résumée, que nous reprenons, que nombre de journaux ont traduit les déclarations de Valérie Pécresse sur la dématérialisation des titres de transport. Il s'agit de simplifier la gestion des Navigo en adossant chaque abonnement sur un compte client permettant de suspendre, renouveler, modifier son abonnement depuis un Smartphone, mais aussi de faire de cet objet devenu "incontournable" la clé d'entrée aux réseaux de transport en remplaçant le pass Navigo. Pour ceux qui ne sont pas équipés, les cartes bancaires devraient pouvoir devenir le support d'un porte-monnaie transport électronique, qui serait le préliminaire à la généralisation d'un autre dispositif auquel le STIF pense depuis plusieurs années : le paiement différé sur la base non plus d'un système forfaitaire mais d'un ajustement du tarif appliqué en fonction de la consommation réelle dans le temps, par exemple entre un carnet de 10 tickets et un abonnement hebdomadaire. Le souhait de la Région est également de faire du Navigo dématérialisé, le Smart Navigo selon l'appellation du moment, le moyen de paiement d'Autolib, Vélib, de plateformes de covoiturage et pourquoi pas des taxis et aux parkings

Autre enjeu, la gestion de données et la communication en temps réel de la situation du trafic ou encore la proposition d'itinéraires différenciés selon les conditions de circulation issues de calculs prédictifs. S'appuyant sur des expérimentations scandinaves, le STIF souhaiterait faire de vianavigo un outil de référence pour la recherche d"itinéraires et surtout l'ajustement du parcours selon l'heure et l'état du trafic. L'objectif est évidemment par ce biais d'inciter une partie des déplacements à évoluer dans leur positionnement horaire ou leur itinéraire de sorte à gérer les flux par rapport aux capacités disponibles.

Un tel programme est évalué à 400 M€ étalés sur 6 ans, mais reste conditionné à l'accord avec l'Etat quant au dispositif de financement du Navigo à 70 €, faute de quoi ces équilibres seraient remis en cause.

Posté par ortferroviaire à 15:09 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,


22 mai 2016

EOLE : les premiers travaux... enfin !

Certains esprits un peu rêveurs avaient cru qu'il suffisait d'une parole politique légitimée par le suffrage universel pour tordre le cou à la technique : EOLE à Mantes la Jolie dès 2017 était un mensonge dès 2008. Projet marqué par des procédures administratives menées à la vitesse du Prix de l'Arc de Triomphe, EOLE a dû ensuite affronter le plus difficile des steeple-chase du moment : la course au financement. Fortement concurrencé par le Grand Paris Express qui suscitait toutes les attentions et toutes les convoitises, EOLE a plusieurs fois failli s'effondrer dans la rivière des tribunes. Remis en selle à la faveur d'un Nouveau Grand Paris ne laissant pas de côté le réseau ferroviaire existant, le projet a pû reprendre le galop... mais avec un sérieux handicap : un protocole de financement sans cesse annoncé prioritaire mais reculé de trois mois tous les trois mois.

La récente annonce du gouvernement, affectant 500 M€ supplémentaire au projet en provenance des recettes de la SGP, a permis au projet d'entrer enfin dans les startings-blocks.

Ainsi par exemple à Courbevoie, sur le terre-plein de l'avenue Gambetta, les premières palissades ont fait leur apparition : c'est ici que sera creusé le puits d'installation du tunnelier qui percera le tunnel reliant La Défense à Haussmann Saint Lazare. Sous les tours de La Défense et jusqu'à l'émergence dans l'ancien triage de La Folie, le tunnel sera réalisé en méthode conventionnelle d'avancement.

150516_eole-courbevoie

Courbevoie - Avenue Gambetta - 15 mai 2016 - Deux illustrations de l'installation des premiers chantiers d'EOLE en vue de la création du puits d'installation du tunnelier. Ci-dessus, côté boulevard circulaire et ci-dessous en direction de la place Charras. La promenade arborée, qui avait succédé à l'autopont franchissant le boulevard circulaire, disparaitra le temps des travaux. © E. Fouvreaux

150516_eole-courbevoie2

En outre, les travaux d'adaptation de la gare de Vernouillet-Verneuil marquent le début des travaux visibles des voyageurs de la ligne J. Au menu, rehaussement à 920 mm des quais, allongement à 225 m, installation d'ascenseurs, remplacement de l'abri de quai existant et rénovation du bâtiment voyageurs. En complément, la liaison piétonne vers le parc-relais sera rénovée. D'ici l'été, les gares de Villennes et des Clairières de Verneuil seront églement mises en chantier : dans cette dernière, la passerelle existant en mauvais état sera remplacée par un nouvel ouvrage. Dans ces deux gares, les travaux seront réalisés moyennant leur fermeture du 14 juillet au 15 août.

210516_travaux-vernouillet

Vernouillet-Verneuil - 21 mai 2016 - Premiers travaux de rehaussement des quais en gare de Verrnouillet-Verneuil : EOLE rentre dans le concret. © transportparis

Enfin, les travaux préparatoire sur le raccordement de Bezons, notamment ceux concernant la liaison souterraine d'alimentation de la sous-station de Lamorue sont également engagés.

Posté par ortferroviaire à 14:48 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

Des touristiques à portée de Paris

Les beaux jours étant censés arriver (encore que...) : transportparis vous propose quelques idées de sorties ferroviaires en région parisienne.

Gennevilliers : le parc des Chantereines

160912_chantereines8

Gennevilliers - Parc des Chantereines - 16 septembre 2012 - Une 030T tracte 3 baladeuses. Les locomotives à vapeur circulent les premiers et troisièmes dimanches de chaque mois. © transportparis

Le parc des Chantereines, situé à cheval sur Gennevilliers et Villeneuve la Garenne, accueille dans ses 80 hectares un chemin de fer à voie de 60 cm sur un linéaire total de 5,5 km qui permet de découvrir les différents espaces de ce parc créé dans les années 1970.Le site de l'association présente en détail le parcours au travers de cet espace de création somme toute récente. Parmi les intérêts de ce train, l'accès à la ferme pédagogique du parc, qui suscite un intérêt certain auprès des jeunes enfants. Le matériel est principalement composé de baladeuses tractées par des locotracteurs Diesel Socofer et Decauville, mais la collection comprend également 4 locomotives à vapeur type 020T et 030T, dont la circulation est plus rare, notamment en été. Autre avantage, le train des Chantereines est en correspondance quasi immédiate avec le RER C et le tram T1 en gare de Gennevilliers.

Le train circule les mercredis, samedis, dimanches et jours de fête. Les amateurs de vapeur se donnent rendez-vous le deuxième dimanche de chaque mois.

Valmondois : le MTVS

010516_030TCDN-MTVS

Butry sur Oise - 1er mai 2016 - En dépit d'un parcours de 200 m, le MTVS fait rouler ses trains : ici une 030T des chemins de fer des Côtes du Nord, surnommée Lulu, et trois voitures des Tramways de la Sarthe. © transportparis

Le Musée du Train à Vapeur et des chemins de fer Secondaires (MTVS), créé en 1976, est toujours installé en face de la gare de Valmondois. Son déménagement dans l'Oise, à Crèvecoeur-le-Grand, est en cours. Les installations actuelles sont devenues trop exiguës pour la collection de 37 locomotives, voitures et autorails, et la ligne permettant de circuler à bord du matériel ancien est devenue impraticable suite à un éboulement, limitant le parcours à seulement 200 m. Depuis 2013, le principe d'un nouveau chemin de fer touristique sur une ancienne ligne SNCF rachetée par les collectivités riveraines est acté et les travaux sont en cours. Dans un premier temps, un bâtiment de 2000 m² sera réhabilitée, ainsi qu'une première section de voie de 1600 m. Par la suite, le MTVS se fixe comme objectif de restaurer 1300 m supplémentaires et qui sait, un jour, de faire circuler ses trains sur les 12 km de la ligne, afin de rejoindre Saint Omer en Chaussée, en correspondance avec la ligne SNCF Paris - Beauvais - Le Tréport.

En attendant, même si le trajet en train est des plus réduits, visiter le MTVS à Valmondois est aussi le moyen d'aider l'association à concrétiser son projet. Accès direct par les trains de la ligne H (Paris - Persan via Valmondois et Creil - Pontoise). Le musée est ouvert tous les dimanches après-midi jusqu'en octobre, et les trains circulent les premiers et troisièmes dimanches de chaque mois.

Longueville : allez à l'AJECTA à l'est !

230D-AJECTA

Longueville - 17 août 2014 - Récemment restaurée, la 230D116 du Nord constitue une pièce de choix de la collection de l'AJECTA. © J. Benton

Pour les amateurs de bains de vapeur (avec escarbilles), Longueville est une destination de prédilection. Grosses bielles et grandes roues au menu dans ce musée vivant installé dans l'ancien dépôt des chemins de fer de l'est. Fondée en 1968, l'AJECTA est aujourd'hui une association dynamique à la tête d'une collection impressionnante, exposée à la fois dans le musée mais aussi valorisée par l'organisation de trains spéciaux.

Moyennant un petit parcours à pied d'un petit quart d'heure, La rotonde de l'AJECTA est accessible par train, depuis Paris-Est, avec la liaison Paris - Provins. Le musée est ouvert toute l'année, le dimanche après-midi en basse saison et tout le week-end entre avril et octobre dès 10h30.

Posté par ortferroviaire à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 mai 2016

Le Grand Paris Express en travaux

Ligne 14 : un premier tube achevé

Magaly, le tunnelier du prolongement de la ligne 14 de Saint Lazare à la mairie de Saint Ouen, a terminé son premier percement, entre Pont Cardinet et le secteur de la gare Saint Lazare, sur 1594 m. Naturellement, le tunnelier n'a pas "percé le mur" de la section exploitée, ce qui sera fait au "dernier moment". Magaly va être désormais démonté pour revenir à la case départ et percer un second tube entre Pont Cardinet et la future station Clichy - Gare de Saint Ouen. L'objectif est d'achever cette phase au printemps 2017.

Parallèlement, un second tunnelier, baptisé Solenne, travaille depuis la fin d'année 2015 entre Saint Denis (la future arrière-gare du terminus Mairie de Saint Ouen étant sur cette commune) et la gare de Saint Ouen, et devrait achever son ouvrage en fin d'année 2016. Solenne percera également le tunnel d'accès à l'atelier de maintenance et de remisage du matériel de la ligne 14.

Ligne 15 : début des travaux

C'est sur le site de la future station Fort d'Issy - Vanves - Clamart que débutent les travaux de génie civil de la première section du Grand Paris Express entre Pont de Sèvres et Noisy-Champs. Une journée inaugurale est prévue le 4 juin prochain.

Posté par ortferroviaire à 13:18 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

10 mai 2016

Grand Paris : déjà des demandes de prolongement

A peine dessiné, déjà réclamé : le Grand Paris Express suscite déjà des convoitises au-delà du schéma défini, non sans mal par l'Etat et la Région en 2013. Ainsi, des élus de l'Essonne et du Val de Marne expriment deux propositions de prolongement. Il s'agit d'abord de la ligne 14 entre l'aéroport d'Orly et Morangis, en s'appuyant sur le fait qu'un site de remisage du matériel roulant de la ligne 14 sera aménagé sur cette commune, au-delà du terminus d'Orly. C'est ensuite la ligne 18 qui est l'objet de convoitise dans le Val de Marne, pour envisager un prolongement depuis Orly jusqu'à Boissy Saint Léger via Villeneuve Saint Georges.

Autant dire des perspectives très lointaintes étant donné que le calendrier du projet "socle" est déjà lui-même difficile à maîtriser à un horizon de plus de cinq ans...

Posté par ortferroviaire à 17:30 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

29 avril 2016

Des autobus bien gardés

Le centre bus de la rue de Lagny, dans le 20ème arrondissement de Paris, a fait l'objet d'une importante opération immobilière. L'ancien  remisage des autobus, hérité des anciens dépôts de tramways, était devenu trop petit avec une capacité de 114 places, et ses installations obsolètes par rapport aux besoins de maintenance des véhicules modernes. En janvier 2012, le remisage des autobus a été déplacé sur un site provisoire voisin, sur l'ancienne ligne de la Petite Ceinture, pour permettre la démolition du bâtiment existant.

280416_batiment-sur-depot-lagny

Paris - Rue des Pyrénées - 28 avril 2016 - Difficile à imaginer que sous cet imposant bâtiment à la façade rouge abritant des services du ministère de l'intérieur se cache un dépôt d'autobus d'une capacité de 184 véhicules ! © transportparis

Le nouvel équipement de la RATP, inauguré le 7 mars dernier, est désormais semi-enterré et sa capacité portée à 184 autobus avec une superficie totale de 45 000 m² sur trois niveaux. Un puits de lumière naturelle éclaire l'atelier de maintenance et une partie des bureaux de l'administration de la RATP. Le dépôt est recouvert d'un jardin de 3500 m², lui-même entouré de plusieurs bâtiments : le plus important accueille des services du ministère de l'intérieur (1400 agents). Sont également intégrés une crèche et une extension d'un collège. La RATP a reçu pour ce projet le "Brownie award" du meilleur projet international de renouvellement urbain.

D'un coût de 53 M€, le projet a été autofinancé à hauteur de 45 M€ par la RATP, le STIF contribuant à hauteur de 8 M€.

Posté par ortferroviaire à 20:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,