C’est le centre de Paris. C’était autrefois son ventre. « Station balnéaire mais où il n’y a pas la mer » selon Florent Pagny, c’est aujourd’hui le cœur du système RER qui a été pendant longtemps la plus grande station de Métro du monde, avec 315 m de longueur et plus de 60 m de largeur sur deux niveaux où transitent 520 000 voyageurs par jour.

Dans l’imaginaire de bien des français, le dédale du réseau parisien aboutit souvent à une inéluctable conclusion : « faut changer à Châtelet ! ».

020819_plaque-CLH

Nourrir Paris

Châtelet Les Halles, c’est d’abord une tranche d’histoire de Paris. Avant le centre commercial et le plus grand carrefour des transports franciliens, il y avait… les halles, le plus grand marché de fruits, légumes, viandes et poissons. Installé depuis 1137 sur le terrain des Champeaux, le marché fut transformé avec l’augmentation de la population de Paris. Les plans furent établis au milieu du 19ème siècle, sous la direction du préfet Rambuteau. Les pavillons modernes de fer, de fonte et de verre, conçus par l’architecte Victor Baltard, ont été achevés en 1870. Un siècle plus tard, avec l’explosion démographique augmentait sans cesse le trafic de fruits, légumes et viandes, avec des conditions d’hygiène de moins en moins acceptables. L’Etat décida dès 1959 le transfert des Halles de Paris à Rungis.

les-halles-paris-pavillons-baltard

Les Halles de Paris et les pavillons Baltard : le ventre de Paris finit par étouffer au coeur de la capitale. (cliché X)

La démolition des pavillons Baltard suscita une vive polémique, accusant l’Etat de défigurer une capitale qui allait perdre son âme, entretenue par une population bigarrée. On y trouvait tout à la fois les cuisiniers des grands restaurants parisiens côtoyant ceux qui, sans le sou, venaient récupérer quelques légumes abimés, feuilles de salade défraichies et quelques rognures pour se nourrir. Le tout avec une ambiance, un bruit de fond permanent et la gouaille parisienne… sans oublier aussi quelques demoiselles peu vêtues arpentant les trottoirs alentours.

Mais les halles avaient vieilli et l’explosion de la population parisienne justifiait la création d’un nouveau marché de gros, sans compter que l’activité amenait aussi son lot de désagréments, non seulement sur la circulation mais aussi avec une population de rats de plus en plus importante. Aussi, l’Etat décida dès 1959 de fermer les halles de Paris et de créer un nouveau marché d’intérêt national en banlieue sud, à Rungis, ouvert en 1969.

Que faire des pavillons Baltard ? Beaucoup souhaitèrent leur restauration et leur transformation. Ce n’était pas la mode du moment : il fallait faire moderne.

Connecter l’Ile de France

En attendant, la libération du terrain allait être mise à profit pour construire à ciel ouvert la nouvelle station centrale du Métro Express Régional, point de correspondance entre l’axe est-ouest et l’axe nord-sud. Les études prévoyaient initialement l’aménagement d’une gare comprenant 5 voies à quai pour accueillir 2 lignes.

Cependant, la jonction Auber - Nation avait deux adversaires politiques de poids : Jacques Chaban-Delmas, qui était alors Premier Ministre, fervent adepte du développement de la voiture (maire de Bordeaux, il s'était empressé d'y supprimer les tramways) et de la construction d'autoroutes, et son ministre des Finances, Valéry Giscard d'Estaing. Néanmoins, leur position fut rejetée par le Président de la République, Georges Pompidou. Sous l'égide - surprenante - du Délégué à la Sécurité Routière, Christian Gérondeau (qui sera par la suite le président de l'Automobile Club de France et ardent lobbyiste en la matière), le schéma du RER a été révisé en préconisant l'intégration de lignes de la SNCF plutôt que la construction de lignes nouvelles.

C'est ainsi que la liaison nord - sud-est, futur RER D, fut envisagée, entrainant l'ajout de 2 voies au projet de la gare des Halles, dont les dimensions étaient portées de 225 à 315 m en longueur et de 63 à 80 m en largeur.

Les 2 voies du RER A ont été immédiatement utilisées en régime nominal. Le premier projet dotaient la gare de 3 voies pour le prolongement de la ligne de Sceaux et ainsi constituer l'amorce du RER B. Les 5 voies centrales ont été utilisées par étapes successives. Dans un premier temps, la RATP utilisa 3 voies pour retourner les trains du RER B prolongés depuis Luxembourg, en attendant l’achèvement du tunnel Châtelet – Gare du Nord en 1981. L’arrivée en 1987 des trains de Villiers le Bel, puis ceux de Goussainville en 1988, allait occuper les 3 voies centrales destinées au futur RER D ainsi amorcé. La mise en service en septembre 1995 du second tunnel Châtelet – Gare de Lyon entrainait l’usage complet des 7 voies, accueillant en heure de pointe jusqu’à 62 trains par heure et par sens.

Etablie sur deux niveaux, les quais et la salle d’échanges, la nouvelle gare devait être connectée également aux lignes de Métro au moyen de couloirs de correspondance vers la rue de Rivoli pour rejoindre la ligne 1, puis la ligne 11 (située sous l’avenue Victoria) et la ligne 7 (sous le quai de Gesvres). Pour la ligne 4, la construction de la nouvelle gare imposait la modification du tracé de la ligne et la création d’une nouvelle station Les Halles en correspondance avec le RER.

280619_MP89les-halles3

Paris - Station Les Halles ligne 4 - 28 juin 2019 - Pour réaliser la gare du RER, le métro a été déplacé, d'où cette architecture moderne pour cette station de la ligne 4, en pleins travaux liés à l'automatisation. © transportparis

plan-CLH2

Vous voulez comprendre le dédale du complexe entre la Seine et le Forum des Halles ? Voici un écorché commenté d'époque !

Les travaux purent débuter en 1973 seulement, soit 2 ans plus tard que prévu. Naissait ainsi le « trou des halles ». Cependant, cet immense chantier à ciel ouvert fut suspendu quelques semaines en 1974. Valéry Giscard d’Estaing, fraichement élu président de la République, jugea les travaux pharaoniques et surtout trop onéreux (il était précédemment ministre des finances). Il se ravisa – heureusement – face aux conséquences d’un arrêt du chantier (le RER revient de loin !) et les travaux purent reprendre.

Ce reportage de FR3 Ile de France en 1976 évoque les transformations physiques et humaines du quartier.

Parallèlement, les études sur l’usage du reste du terrain aboutissaient à la création d’un vaste complexe commercial, le Forum, incluant un cinéma, une piscine olympique et une serre tropicale, accompagnés de parkings et de voiries de desserte locale. Le projet était inauguré le 4 septembre 1979, relaté à TF1 Dernière.

La nouvelle gare était inaugurée par le chef de l’Etat le 8 décembre 1977, avec les jonctions Auber – Nation et Luxembourg – Châtelet, formant le RER A et le RER B. Evidemment, la télévision était là : Michel Chevalet présente la nouvelle gare aux téléspectateurs de TF1 13 heures.

CP-CLH1977

Châtelet Les Halles, version carte postale : on notera les murs colorés sur les quais à l'aide de pastilles de céramiques, la résille au plafond de la salle d'échanges, et l'aménagement initial façon salle d'attente.

Une rénovation en noir et blanc

Cependant, avec la croissance du trafic du RER, l’accès à la gare par le centre commercial ou par les bouches de métro devenait un handicap grandissant. Il fallut néanmoins attendre 30 ans pour que le sujet soit – enfin – pris en considération, impliquant la transformation du Forum et d’importants travaux d’aménagement urbain : le site a plutôt mal vieilli et subissait une mauvaise réputation, théâtre parfois d’affrontements de groupes venus de banlieues difficiles.

010312_MI79chatelet_desreumaux1

Paris - Châtelet Les Halles - 1er mars 2012 - Moins de monde en fin de journée et, à l'époque, des trains courts, ici sur le RER B permettant de mettre en évidence la décoration d'origine de la station. © G. Desreumaux

260911_MI84chatelet_desreumaux

Paris - Châtelet Les Halles - 26 septembre 2011 - Même principe avec ici le quai du RER A vers l'ouest, avec ce MI84 pour Poissy. La décoration d'origine avait quelque peu vieilli et avait besoin non seulement d'un sérieux décapage mais aussi d'une rénovation pour actualiser l'ambiance. © G. Desreumaux

Ainsi, le projet adopté prévoyait, pour la gare, la création de deux nouveaux accès directs, sur la porte Rambuteau à l’est et sur la place Marguerite de Navarre au sud, respectivement ouverts en 2014 et 2017. Les liaisons entre le Forum et la salle d’échanges ont aussi été améliorées, le tout dans le cadre du projet de rénovation du Forum, dont les modalités ont-elles aussi été vivement contestées : les parapluies de Jean Willerval ont été remplacés par la Canopée de Patrick Berger, dont la toiture couleur or ne manque pas de susciter débats, tout comme sa capacité à doucher les passants lorsqu’il pleut…

La gare, avec son esthétique des années 1970, avait elle aussi vieilli,sans compter que subsistait un réel problème de signalétique dans la salle d’échanges aux circulations généralement en biais et pas toujours fluides.

Son réaménagement a coûté 129,8 M€… et le résultat suscite de nombreux commentaires. La salle d’échanges a été remaniée pour augmenter la surface de circulation passant de 8000 m² à plus de 12600 m², incluant une allée longeant la ligne de contrôle pour l’accès au RER.

Cependant, bien qu’officiellement achevé depuis décembre 2017, le résultat laisse d’abord un goût d’inachevé. On ne compte plus les câbles qui pendent des plafonds autour des panneaux d’éclairage et les habillages de plafond qui s’arrêtent brutalement sans réelle explication…

L’information voyageurs a objectivement progressé avec notamment les indications géographiques des lignes (RER A Est / Ouest, RER B et RER D Nord / Sud) et la sectorisation du pôle d’échanges (Forum, Rivoli, Seine) sont des améliorations notables. En revanche, les grands cubes de signalétique au cœur de la salle d’échanges comportent trop d’informations : il faudrait prévoir des bancs pour que les voyageurs puissent prendre le temps de lire les panneaux.

plan-CLH

Un net progrès dans la signalétique du complexe avec la sectorisation pour améliorer le repérage des voyageurs dans le dédale des couloirs.

230119_ecrans-RER-D-CLH

Paris - Châtelet Les Halles - 23 janvier 2019 - Circulation ralentie et affichage SNCF quelque peu perdu par les événements : 6 trains en 16 minutes dont 5 en 4 minutes et mystérieusement, un affichage quelque peu désordonné ! © transportparis

Si des écrans annoncent en haut des escaliers les temps d’attente des prochains trains de chaque ligne, il manque encore une information essentielle : quel est le prochain train pour la gare du Nord ? RER B ou RER D ?

020819_signaletique-CLH

Paris - Châtelet Les Halles - 2 août 2019 - Information grand format pour faciliter le repérage des voyageurs. La mention géographique se généralise à l'ensemble du RER... mais pour la ligne C, cela s'annonce un peu plus compliqué ! © transportparis

Et alors, quelle tristesse ! Il faudrait que la RATP (re)découvre la couleur : déjà, le métro redevient complètement blanc, façon « plus grande salle de bains de France », et Châtelet les Halles « nouvelle décoration » inflige une overdose de noir et de gris, le tout avec un éclairage intense mais glacial.

100619_MI79R-chatelet-les-halles3

Paris - Châtelet Les Halles - 10 juin 2019 - Comparez avec les photos précédentes des quais. S'il n'y avait pas les bandes aux couleurs de la RATP et de la SNCF sur les portes de ces MI79, on pourrait croire que la photo a été prise en noir et blanc... sans compter l'impression d'inachevé du plafond... © transportparis

020819_salle-CLH

Paris - Châtelet Les Halles - 2 août 2019 - La salle d'échanges rénovée : même remarque sur l'impression d'inachevé pour les plafonds. Les bulles transparentes offrent une vue imprenable sur les gaines techniques d'aération. Défi du site : une information claire et exhaustive... © transportparis

020819_coursive-CLH

Paris - Châtelet Les Halles - 2 août 2019 - La coursive latérale, gagnée sur des locaux techniques et le parking, avec son étrange plafond et surtout son revêtement de sol qui a suscité de nombreuses critiques en raison de son caractère glissant et son profil bombé... Des choix d'architectes bien peu fonctionnels... © transportparis

Sans revenir à des styles psychédéliques en vogue dans les années 1970, il serait de bon ton de mettre un peu de gaité, un peu de couleurs, dans cet univers souterrain afin de le rendre un peu plus accueillant et humain…