Que serait Paris sans les accès du métro signés Hector Guimard ? L’architecte Charles Garnier considérait que le métro ne serait accepté des parisiens qu’à condition d’être une œuvre d’art. Guimard conçut donc ses accès dans le style Nouille du moment, très décrié et rapidement abandonné au profit d’entourages plus classiques.

Mais il fallut parfois aménager les premières stations dans l'urgence avec de simples bardages et balustrades en bois.

1904---Passy

La station de Passy, ouverte en novembre 1903, est à l'amorce à la partie aérienne de la ligne 2-Sud (actuelle ligne 6). L’accès était limité à une grille alors que la station était un terminus provisoire. Notez aussi la palissade en bois au-dessus des voies.

Les édicules d'Hector Guimard

Ce disciple lyonnais des Arts Décoratifs s’inspira de la nature pour composer un ensemble d’entourages modulaires selon la configuration des accès : une démarche novatrice pour l’époque qui devait être facilement déclinée sur l’ensemble du réseau.

A l’origine, Guimard prévoyait un édicule pour chaque station, préconisation qui ne sera pas suivie d’effets : les escaliers furent ainsi entourés de façon plus simple dans la majorité des stations. Grâce à la conception modulaire, Guimard pouvait proposer une architecture différente dans chaque station en composant sur des trames prédéfinies et des dimensions standardisées, tirant profit de la souplesse procurée par le choix du verre et de la fonte d’acier, le tout dans une forte inspiration végétale.

CP-edicule-maillot

Accès à la station Porte Maillot sur l'avenue de la Grande Armée : ces édicules avaient été implantés sur plusieurs stations de la ligne 1 mais la plupart ont été retirés, jugés disgrâcieux par une certaine police de l'esthétique...

CP-metro-entree-gare-de-lyon

Accès de la station Gare de Lyon sur le boulevard Diderot avec un modèle unique reposant sur 3 piliers de fonte assez fins. Si la bouche de métro existe toujours, l'élégant mais fragile abri « libellule » a disparu en 1931.

170110_guimard-dauphine2

Avenue Foch - 17 janvier 2010 - L'édicule d'accès de la porte Dauphine a été préservé et restauré. Il est l'unique survivant de ces équipements des origines du métro. © transportparis

Pour les stations de l’Etoile et de la Bastille, Guimard allait toutefois proposer des bâtiments hors normes, les « pagodes » qui allaient rapidement défrayer la chronique.

CP-edicule-bastille2

L'édicule de la station de la Bastille sur la ligne 1 a été abondamment photographié pour les cartes postales très utilisées au début du siècle. Le caractère extravagant de la nouveauté du mode de transport et des choix esrthétiques - même contestés - n'y sont pas étrangers.

CP-edicule-etoile

Si l'édicule de la Bastille a survécu jusqu'en 1962, ceux de l'Etoile ayant disparu en 1926 devant le torrent de critiques. Et pourtant, quel style et quel marqueur urbain : Hector Guimard était peut-être un peu trop précurseur...

Des entourages conçus dans un souci de relative standardisation

Guimard déclina ensuite une gamme d’entourages d’escaliers sur le base d’un dessin unique de la balustrade reproduit selon la largeur des accès : plus économiques, ils entraînèrent la fin des édicules. La plaque « Métropolitain » placée au-dessus des escaliers était entourée de deux globes évoquant un brin de muguet là où certains voyaient un symbole phallique. L’appartenance à la compagnie était aussi rappelée par un M stylisé niché dans l’ornement de la balustrade. Pour les accès secondaires, demandés après la catastrophe de Couronnes en 1903, ce signe distinctif ne fut pas retenu et la balustrade voyait sa hauteur réduite.

Validé tardivement, le projet Guimard n’était pas prêt lors de l’ouverture du métro et il fallut installer en hâte des balustrades provisoires en bois autour des accès aux premières stations. Voulus élégants, légers et modernes grâce à l’usage du verre et du métal, les accès Guimard ont cependant été installés entre 1900 et 1913 (sur la boucle d'Auteuil) : certains furent très rapidement démontés, et dès 1904, d'autres modèles étant apparus dès 1904, comme les entourages en pierre de taille.

CP-metro-entree-provisoire-palais-royal

Situation transitoire à la station du Palais Royal : l'entourage Guimard de l'accès a été réalisé mais la partie supérieure n'a pas encore été livrée. Une installation provisoire en bois permet de repérer l'entrée principale de la station.

CP-entree-bagnolet

L'accès à la station Bagnolet (aujourd'hui Alexandre Dumas) avec une déclinaison des modules de conception des entourages avec une forme curviligne. A comparer avec le cliché ci-dessous, mettant en avant les différences d'utilisation.

100716_entree-temple

Rue Turbigo - 10 juillet 2016 - Exemple d'accès Guimard classique avec 3 modules en largeur, les globes lumineux et le placard éclairé avec le nom de la station et le plan du réseau, qui a été ajouté ultérieurement pour améliorer l'information et le repérage des voyageurs. © transportparis

1911---Botzaris

Entrée de la station Botzaris : les ouvertures des lignes 7 et 8 de 1910 à 1913 marquent la fin des entourages Guimard. Les derniers modèles étaient équipés d’un luminaire avec le motif « Métropolitain » percé au pochoir dans deux tôles rouges éclairées par transparence. Aucun modèle de ce type n'a été conservé.

Disparition des édicules, préservation (tardive) des entourages historiques et recréations récentes

La majorité des entourages d'accès Guimard ont disparu car ils ont été préservés tardivement, en 1965 pour seulement 7 stations. Les pagodes ont disparu, en 1926 à Etoile et en 1962 à Bastille, pour cette dernière lors de la modernisation de la ligne 1, et du fait de son état de délabrement. Le dernier édicule de Nation a été déposé en 1963 et ne reste depuis que celui de la porte Dauphine. Les marquises « libellules » ont disparu au fil du temps : en 1931 à la gare de Lyon par exemple. En 1974, l'équipement de la rue Lobau fut transféré place des Abbesses lors des travaux du parking automobile.

Ce n’est qu’en 1978 que l’intégralité des accès Guimard ont été juridiquement classés. On en compte aujourd’hui 88 dont certaines issus soit d’une reconstruction, rénovation partielle ou complète sur la base de moulages : les tulipes d'éclairage sur certains accès, y compris sur des accès historiquement dotés de plaques lumineuses copiées sur le Nord-Sud...

La CMP vers plus de sobriété

Un différend financier entre l’architecte et la CMP mit fin prématurément au contrat les liant. Après la rupture avec Guimard, la CMP adopta des accès plus simples, avec balustrades en fer forgé plus classique ou en pierre. Dès 1904 cependant, les accès des stations Opéra et République recouraient à des entourages plus sobres : les critiques au style Guimard rendaient impossibles l'installation de tels accès devant l'Opéra Garnier.

CP-metro-entree-opera

Impensable d'installer un édicule ou un accès Guimard devant l'Opéra ! La création de la ligne 3 marqua la première rupture avec le style Guimard. On note les discrètes plaques d'angle indiquant la vocation de ces escaliers. A l'époque, il ne pouvait guère s'agir d'autre chose...

1905---République

Style similaire pour les accès de la place de la Républque, ouverte en octobre 1904. Le style des accès Guimard ne faisait pas l'unanimité et commençaient en outre à être démodés.

Les premiers démontages ont été engagés dès 1908 sur les Champs-Elysées au profit de balustrades en pierre. Néanmoins, des entourages Guimard furent installés jusqu’en 1913 sur la ligne 8 entre Opéra et Auteuil... mais sur cette section, apparaissaient aussi les premiers entourages simplifiés en ferronnerie. Il y avait peut-être des stocks à écouler...

230417_acces-FDR2

Champs-Elysées - 23 avril 2017 - L'accès à la station Franklin D. Roosevelt (initialement baptisée Marbeuf) a été rapidement l'objet de vives discussions : les édicules Guimard ont été remplacés par une composition en pierre dès 1908. Il y avait initialement un candélabre, mais celui-ci a disparu, probablement dans les années 1960. © transportparis

140419_acces-rue-des-boulet1

Boulevard Voltaire - 14 avril 2019 - Après la rupture entre la CMP et Guimard, le dessin des entourages des accès au métro s'est fait plus sobre avec des formes plus géométriques. Le candélabre Dervaux simplifié matérialise dans le paysage l'entrée de la ligne 9. Les holophanes éclairant l'escalier sont apparus dans les années 1930. Le plan du réseau est du dernier modèle adopté par la RATP à partir de 2018. A l'arrière-plan, un arrêt d'autobus moderne avec mât signal intégré à l'aubette. © transportparis

De nouveaux édicules pour les stations à accès mécanisés

Avec le développement du réseau, il fallut imaginer de nouvelles formes d’accès afin de s’accommoder des particularités des lieux et de la configuration des stations. Les édicules Plumet ont été installés aux stations Pelleport, Saint Fargeau et Porte des Lilas, à grande profondeur. Construits en maçonnerie, ils faisaient appel à la pierre et au béton. Sur des trottoirs étroits, la CMP dut installer ses accès en rez de chaussée, comme cela avait déjà été le cas à Sentier (ligne 3) (ligne7), puis à Riquet. A Vaneau (ligne 10), l’entrée très élégante est installée sur une parcelle privée.

CP-metro-entree-saint-fargeau (2)

L'édicule de la station Saint Fargeau, caractérisée par sa grande profondeur, intégrant des ascenseurs. C'est la forme la plus radicale de rupture avec les accès Guimard, pour d'évidentes raisons d'aménagement de la station.

 CP-entree-st-jacques

Pour la station Saint Jacques, sur le boulevard du même nom, c'est à Jean-Camille Formigé qu'on doit l'édicule de cette petite station qui n'était pas prévue dans le programme initial de la ligne 2 sud. Un édicule du même style avait été construit place Mazas.

CP-metro-edicule-monge

Dotée d'un escalier mécanique, la station Monge de la ligne 7 (qui fut temporairement desservie par la ligne 10) eut droit à un édicule en béton et brique dans un style sobre représentatif de l'architecture des années 1920.

210518_entree-vaneau

Rue de Sèvres - 21 mai 2018 - L'accès à la station Vaneau ouverte en 1923 dispose d'un petit édicule niché entre les immeubles, du fait de la faible largeur du trottoir. Le style reste assez décoratif mais avec moins de courbures et un lettrage épuré, expression du style Arts Déco. © transportparis

CP-metro-entree-buzenval

L'entrée de la station Buzenval sur la ligne 9, intégré au Palais Avron, cinéma reconstruit au moment de l'extension de la ligne vers la porte de Montreuil. Après la fermeture du cinéma en 1977, le bâtiment a été transformé et accueille aujourd'hui un supermarché... mais l'accès au métro est toujours présent.

Signaler les accès : les candélabres du Métro

L’émulation entre la CMP et le Nord-Sud ne se limitait pas à la décoration des stations. Le Nord-Sud se distingua aussi par le repérage des accès à son réseau par l’installation de panneaux lumineux sur les trottoirs bien avant le Métro. La CMP réagit avec l'installation de candélabres type « Val d’Osne ». Particulièrement travaillé, l’entourage du cadre lumineux relevait d’une fine dentelle en ferronnerie du plus bel effet. Ils constituent la signature la plus visible du métro parisien.

110519_acces-pre-saint-gervais2

Boulevard Sérurier - 11 mai 2019 - Un candélabre Val d'Osne matérialise aujourd'hui l'entrée de la station Pré Saint Gervais. Il a pris la succession d'un canadélabre Val d'Osne... qui lui-même a probablement remplacé les tulipes originelles d'éclairage. Cette dernière évolution est probablement le fait de l'opération Renouveau du Métro, aux choix parfois étonnants. La boîte aux lettres est souvent fidèle bouches de métro. On note le contraste des générations avec l'actuel mât du mobilier urbain parisien pour les arrêts d'autobus dotés d'une aubette. © transportparis

En lien avec les candélabres, la CMP installa des plans sur les bouches d’accès (plan Gobert puis Sarrailh dans l’entre-deux guerres). Le candélabre Dervaux, au design simplifié, fut installé à partir de 1923 et décliné pour indiquer les passages publics (comme par exemple à la Madeleine). D'autres modèles ont été installés pour renforcer la visibilité des accès (Marbeuf, aujourd’hui Franklin D. Roosevelt, Lamarck).

090411_candelabre-franklin-roosevelt2

Champs-Elysées - 9 avril 2011 - Le candélabre à la forme particulière de l'accès à la station Franklin D. Roosevelt installée sur la balustrade. Il est le dernier représentant de ce type d'accès sur les Champs-Elysées. © transportparis

090411_candelabre-madeleine

Boulevard de la Madeleine - 9 avril 2011 - Parmi les mâts les plus travaillés, ceux de la station Madeleine avec ces feuilles en bronze et sa structure très travaillée. Le signal indique l'accès au métro mais aussi la possibilité de traverser le boulevard de la Madeleine par en-dessous. © transportparis

230417_acces-pont-marie

Quai de Gesvres - 23 avril 2017 - Le modèle d'encadrement standardisé de la CMP avec le candélabre Dervaux. Pour la station Pont Marie d'importance assez limitée, les escaliers ont été dimensionnés à la cote minimale... mais ils sont tout de même doublés. © transportparis

060410_candalabre-lamarck

Rue Pierre Dac - 6 avril 2010 - L'entrée à la station Lamarck est nichée dans un escalier : ce mât facilite le repérage pour les passants mais a été installé a posteriori, probablement par la CMP après l'absorption du Nord-Sud. On notera la tentative de fleurissement certainement par un riverain... © transportparis

Suite du dossier / Retour au sommaire