20 août 2022

Il y a 100 ans, la dernière modernisation des tramways parisiens

L'unification des réseaux de surface sous l'égide de la nouvelle Société des Transports en Commun de la Région Parisienne en 1921 donna une impulsion nouvelle à l'amélioration du service dans une période marquée par la montée en puissance d'un mouvement qui lui était extrêmement défavorable : les intérêts des compagnies pétrolières et des firmes de construction automobile convergeaient naturellement dans leur opposition aux tramways, jugés désuets et accusés de paralyser la ville en raison de leur dépendance aux infrastructures.

La STCRP tenta de contrer ce mouvement avec les moyens à sa disposition et, il faut d'emblée le préciser, sans avoir un soutien indéfectible du groupe Mariage à laquelle elle était affiliée. La décennie 1920 apparaît très contrastée dans l'histoire des transports en région parisienne puisque vont être engagés

  • de multiples travaux pour moderniser le réseau, rationaliser les itinéraires et les tracés ;
  • ce qu'on qualifierait aujourd'hui de schéma directeur d'une profonde restructuration du réseau, articulée notamment sur une première rocade entre les gares parisiennes, une seconde sur les boulevards militaires établis sur les anciennes fortifications et sur une vingtaine de lignes radiales à haut niveau de service bénéficiant de nombreuses innovations à commencer par un tracé à 4 voies pour proposer des services express et des omnibus, avec un système de franchissement prioritaire des carrefours pour des tramays évoluant hors du trafic général ;
  • la construction de nouvelles motrices et remorques.

Sur ce dernier point, la STCRP prolongea les travaux engagés dès 1909 par la Compagnie Générale des Omnibus, et qui avaient donné naissance aux motrices des types B et G ainsi qu'aux attelages de type A. La plupart des autres exploitants avaient eux aussi pris le tournant des voitures de grande longueur, entre 11 et 15 mètres. La STCRP poursuivit les études dans le but de réduire au maximum les coûts d'exploitation des tramways et approcher autant que possible celui des autobus, avec l'avantage d'une plus grande capacité d'emport par convoi, surtout avec la faculté de former des convois réversibles.

Incarnation de cette période, la motrice L, présentée dès 1922 dans un objectif de légèreté et lancée sur les voies du réseau l'année suivante. Elle fut la dernière série de tramways mise en service avant la décision de démanteler le réseau... alors même que la STCRP continua jusqu'en 1930 à plancher sur un tramway moderne.

19222710_presentation-motrice-L

Paris - Place Baudoyer - 27 octobre 1922 - Présentation officielle devant la mairie du IVème arrondissement de la nouvelle motrice de tramway de la STCRP : ce sera d'ailleurs le seul construit par celle-ci et le dernier avant le massacre en règle du réseau. (archives BNF)

La suite est à découvrir dans le nouveau dossier Culture et Patrimoine de transportparis. Vous pouvez également vous replonger dans notre série consacrée à l'histoire des tramways parisiens.

Posté par Redaction TRUP à 18:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


14 mars 2017

Il y a 80 ans, la fin des tramways parisiens

14 mars 1937 : une date connue de tous les amateurs de tramways et de ceux qui s'intéressent aux transports parisiens. Ce jour-là, le service de la ligne 123/124 Porte de Saint Cloud - Cours de Vincennes était pour la dernière fois assuré en tramway. Le lendemain, les autobus livrés par Renault prenaient la relève. Des véhicules de 40 places succédaient à des tramways, âgés d'à peine plus de 15 ans, qui pouvaient en transporter 120... et on appelait cela le progrès !

dernier-tram-paris

Paris - Cours de Vincennes - 14 mars 1937 - Dernier jour d'un condamné. Une photo bien connue pour un enterrement honteux, sans fleurs ni couronne. Un gâchis considérable dont les transports parisiens paient encore le prix 80 ans plus tard... (collection RATP)

Victime du lobby automobile en général, et de celui des usines Renault en particulier, le plus grand réseau de tramways du monde, devançant de peu celui de New York, avait été balayé en un peu plus de 10 ans seulement. Certes, il y avait le métro... mais dans Paris uniquement. Conséquence, on assista à une augmentation soutenue de la fréquentation du métro, plus rapide que le rythme des extensions, du fait du report des voyageurs de la surface vers le réseau souterrain. Il n'est pas exagéré de considérer que, 80 ans plus tard, une des causes de la forte fréquentation - et parfois de la saturation - du métro aujourd'hui vient de l'absence de tramways en surface, c'est à dire du manque de performance, de régularité et de confort de l'offre d'autobus.

Le retour du tramway, depuis 1992, est réel, appréciable et salutaire, mais le rythme est trop lent (il est plus facile de détuire que de construire) et le maillage insuffisant. Bilan, les nouveaux tramways saturent.

230415_T8saint-denis-gare2

Saint Denis - Boulevard Marcel Sembat - 23 avril 2015 - C'est pour l'instant le dernier né des nouveaux tramways parisiens. Le T8 relie Saint Denis à Epinay et Villetaneuse, desservi par des Citadis 302 à la livrée associant le gris métallisé du STIF et le vert jade RATP. © transportparis

La décennie à venir marquera la poursuite de la renaissance du tramway, parfois une reconstruction quasiment à l'emplacement même du premier réseau :

  • T1 ouest de Gennevilliers à Colombes puis à Rueil Malmaison
  • T1 est de Noisy le Sec au Val de Fontenay
  • le bouclage du T3 entre la porte de La Chapelle et le pont du Garigliano
  • T7 d'Athis Mons à la gare de Juvisy
  • T8 de Saint Denis à la gare Rosa Parks
  • la création de T9 entre la porte de Choisy et Orly-ville, avec déjà la réflexion sur une jonction "commerciale" voire physique avec T7 à l'aéroport d'Orly
  • la création de T10 entre Antony et Clamart

Citons aussi la création des trois tangentielles en tram-train, de l'antenne de Montfermeil du T4 qui sera elle de type urbain... et (on ne se refait pas !) un pari sur la reconstruction de T5 et T6 en "vrai tramway" dont on peut supposer - espérer ? - la décision dans la décennie à venir puisque Caen, Nancy et Clermont Ferrand vont dans cette voie.

110916_T6velizy-morane-saunier6

Vélizy-Villacoublay - Avenue Morane Saunier - 11 septembre 2016 - Quelle durée de vie pour le faux tramway ? Etroit, inconfortable, bruyant, incompatible avec les autres lignes et surtout tributaire d'un seul constructeur, le Translohr sans avenir ne pourra probablement pas résister au mouvement de démantèlement des expériences malheureuses de "tramways sur pneus" : il faudra donc prévoir de lourds investissements pour détruire et reconstruire. Le contribuable appréciera l'inconscience des décideurs. © transportparis

Il est probable qu'entre EOLE et le Grand Paris Express, les marges de manoeuvre budgétaires seront réduites donc le tramway risque d'en pâtir, avec une temporisation des nouvelles réflexions. Pourtant, l'autobus ne suffit plus à assurer de façon attractive le service sur des axes complémentaires aux réseaux lourds.

transportparis vous rappelle ses différents dossiers consacrés aux tramways parisiens :

Posté par ortferroviaire à 18:38 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

23 octobre 2015

Spécial Histoire des tramways parisiens

C'est une histoire riche de 160 ans, urbaine, étroitement liée à celle de l'évolution de Paris, de sa banlieue, mais aussi une histoire technique au gré des progrès industriels, de l'avènement de l'électricité. C'est aussi une histoire économique, avec le foisonnement de compagnies puis l'unification, les aléas d'une concurrence exagérée, ceux de l'après-guerre. C'est aussi et enfin une histoire politique, symbole de la puissance des lobbies automobiles et pétroliers et de la faiblesse de l'administration.

Les tramways parisiens ont constitué le plus important réseau urbain dans le monde, devançant Londres et New York. C'est aussi celui dont le démantèlement fut des plus rapides. Le plan de modernisation mis en oeuvre au début des années 1920 jetait les bases d'une exploitation tirant un meilleur parti des progrès techniques, rationalisant les tracés et uniformisant progressivement le matériel. Mais le tramway fut l'objet d'une campagne haineuse, animée par une presse avide d'un sensationnalisme démagogique et orchestrée par des groupes de pression agissant de la même façon des deux côtés de l'Atlantique. Le transport en commun était déjà considéré comme dépassé puisque l'automobile allait bientôt être généralisée, disait-on à l'époque, et il fallait "nettoyer Paris" de ses convois de près de 30 m de long accusés de bloquer la circulation !

transportparis vous propose de retracer 160 ans d'histoire des tramways à Paris et dans sa banlieue au travers d'un exceptionnel dossier en 8 parties.

Posté par ortferroviaire à 19:51 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,