Saint Lazare : au-delà d’EOLE

Le prolongement du RER E est évidemment le projet phare, non pas pour le quart nord-ouest de la Région, mais pour toute l’Ile de France. Il entraînera un délestage de la gare Saint Lazare, qui perdra 5 trains par heure de pointe (6 Transilien remplacés par le RER E, mais un TER supplémentaire) et verra ses espaces allégés de plusieurs dizaines de milliers de voyageurs par jour.

090415_27367epone3

Epône-Mézières - 9 avril 2015 -  Sur le groupe V, le prolongement du RER E entraînera le retrait de la ligne J et des rames VB2N et apportera une nouvelle desserte comprenant en heure de pointe 6 trains par heure jusqu'à Mantes contre actuellement 3 pour Mantes et 3 pour Les Mureaux. C'est le chantier phare pour la SNCF en Ile de France, en attendant LNPN. © transportparis

Entre l’achèvement des travaux du RER E et le lancement de ceux de LNPN, il existe une fenêtre de tir à valoriser pour effectuer la rénovation du plan de voies de l’entrée de la gare Saint Lazare et en profiter pour améliorer la vitesse d’entrée pour atteindre – idéalement – 60 km/h contre 30 km/h actuellement et, par dérogation, 40 km/h sur le groupe II.

100415_27335+17043paris-saint-lazare

Paris Saint Lazare - 10 avril 2015 - L'entrée de la gare est un dédale d'appareils de voie. Entre la mise en service d'EOLE, qui allègera un peu le trafic, et LNPN qui devrait le recharger, il existe une opportunité pour reconfigurer les installations et gagner un peu en performances... et beaucoup en fiabilité. © transportparis

A la mise en service du prolongement du RER E, resteront donc en gare Saint Lazare les dessertes des groupes II, III, IV et VI Les trois premières sont très marquées « zone dense » alors que la dernière est au contraire plus diverse, notamment au-delà de Pontoise.

fonctionnement-PSL

Moderniser le groupe II et envisager une nouvelle liaison La Défense - Saint Quentin en Yvelines

Les groupes II, III et IV ont ceci de commun qu’ils aboutissent tous dans des culs-de sac : Versailles Rive Droite, Saint Nom la Bretèche, Cergy le Haut et Ermont Eaubonne. Le groupe II est totalement indépendant (en situation de base). Le groupe III est associé au RER A entre le viaduc de Nanterre et Cergy, tandis que le groupe IV est mélangé avec une partie de la desserte du groupe VI (Pontoise, Conflans Sainte Honorine).

Les difficultés d’exploitation sont de natures variées mais relèvent en partie d’une inadéquation avec l’évolution de la demande. La nouvelle desserte appliquée à partir de décembre 2015 sur le groupe II aboutit certes à une augmentation importante des temps de parcours de bout en bout mais prend en considération que Paris ne représente plus qu’un quart du trafic de l’axe, alors que la moitié des voyageurs gravitent autour de La Défense. Le principe d’exploitation en 4 rafales de 4 trains par heure a disparu, puisqu’il n’y a plus aucun train direct Paris – La Défense ni La Défense – Saint Cloud. Les missions Versailles desservent toutes les gares de Paris à Asnières et celles de Saint Nom les gares de Bécon à La Défense. Entre La Défense et Saint Cloud, le même principe de partage répartit la charge entre les trains.

020613_6430puteaux

Puteaux - 2 juin 2013 - La section Saint Cloud - La Défense est empruntée par 20 trains par heure et par sens, avec un alternat d'omnibus et de directs. La nouvelle desserte à compter de décembre 2015 est censée apportée plus de fiabilité. Mais une fois de plus, la robustesse s'accompagne de minutes supplémentaires. © transportparis

L’exploitation du groupe II a été perturbée par l’arrivée en 1995 de la ligne U La Défense – La Verrière qui offre une liaison directe vers Saint Quentin en Yvelines. Cette ligne cadencée au quart d’heure en pointe cumule toutefois les aléas d’exploitation du groupe II Saint Lazare et du réseau Montparnasse. En outre, l’insertion de la grille horaire aboutit à une lenteur des trains de la ligne U entre La Défense et la bifurcation de Viroflay. Le temps de parcours de 43 min ne constitue pas un exploit, loin de là.

100914_8822chaville-rive-droite

Chaville Rive Droite - 10 septembre 2014 - Les Z8800 assurant la liaison La Défense - La Verrière déambulent sur les voies du groupe II à faible allure en raison d'une incompatibilité entre les trames horaires de Saint Lazare et de Montparnasse. La ligne U propage aussi les retards d'un réseau à l'autre. © transportparis

La solution proposée par transportparis est assez radicale : elle consiste en la création d’une ligne nouvelle prolongeant la branche de Versailles Rive Droite jusqu’à Saint Quentin en Yvelines, en souterrain dans la traversée de Versailles, à partir de la station de Montreuil. La gare Rive Droite serait abandonnée au profit d’une nouvelle station souterraine située entre les gares Rive Gauche et Chantiers. L’infrastructure viendrait ensuite se placer le long de la RN12 jusqu’aux abords de Saint Quentin en Yvelines où elle repartirait en souterrain pour venir faire terminus dans une nouvelle gare située sous l’existante. Celle-ci pourrait comprendre 2 voies avec arrière-gare, ou 3 voies avec manœuvre en avant-gare pour 12 trains.

ligne-L-SQY

Le schéma de desserte envisageable serait le suivant, en restant à 20 trains par heure sur le tronc commun La Défense – Saint Cloud et en maintenant 16 trains par heure à Saint Lazare (maximum acceptable sur 4 voies avec 7 min de temps de battement).

  • 4 Paris – Saint Nom
  • 4 Paris – Marly le Roi
  • 8 Paris – Saint Quentin en Yvelines
  • 4 La Défense – Saint Quentin en Yvelines

La suppression de l’interdépendance avec le réseau Montparnasse procurerait un gain de régularité conséquent. Accessoirement, cette liaison dont le coût peut être estimé à environ 3 MM€ serait bien moins onéreuse que la ligne 18 du Grand Paris Express pour relier Saint Quentin en Yvelines à La Défense.

Augmenter la capacité et la fiabilité de l'exploitation : une nouvelle signalisation sur le groupe II

La mise en place d’un système d’exploitation plus capacitaire que le duo BAL + KVB, type NExTEO (Nouvelle Exploitation des Trains, Est-Ouest car développé pour le RER E), fondé sur la technique CBTC des métros automatiques, offrirait de nouvelles possibilités. Dans un premier temps, les temps de parcours pourraient être resserrés car la mise en place du KVB a coûté cher au groupe II (La Défense – Saint Lazare étant passé de 6 à 11 minutes pour les trains directs) : les gains proviendraient à la fois d’une vitesse moyenne plus élevée en s’affranchissant de la signalisation pour la marche des trains (définie en CBTC par leur espacement en temps réel et la distance de freinage) et d’une prise en charge par le système de la durée du stationnement en gare? qui n’est pas aujourd’hui envisagée dans l’application de NExTEO sur le RER E mais parfaitement possible.

Le déploiement de ce système serait nécessaire a minima sur la section Paris – Saint Cloud (en réalité jusqu’à Sèvres Ville d’Avray et Garches Marne la Coquette pour couvrir la convergence), et plus vraisemblablement jusqu’à Saint Quentin en Yvelines. Seule la branche de Saint Nom pourrait être exploitée de façon classique, du moins jusqu’au renouvellement des équipements de signalisation classique.

L’augmentation de la desserte au départ de Paris n’apparaît pas souhaitable d’autant qu’elle est aussi assurée par le groupe III de Paris à Bécon les Bruyères avec 12 trains par heure. En revanche, la mise en place de NExTEO pourrait autoriser l’utilisation de la voie centrale de Bécon pour accueillir le terminus d’une nouvelle mission afin de passer à 20 trains par heure depuis La Défense, à condition de dimensionner pour 16 trains par heure le terminus de Saint Quentin en Yvelines.

210518_6401+168courbevoie1

Courbevoie - 21 mai 2018  Fin de règne pour les Z6400 : la Z6401/2 pour Paris croise un UM2 de Francilien filant vers La Défense. Matériel plus moderne, plus confortable et très fiable, le Francilien pêche par un nombre de portes en baisse et un saut de performance modeste... mais le réseau électrique est au moins aussi fautif que le rédacteur du cahier des charges du nouveau matériel ! © transportparis

L’arrivée de NExTEO est évidemment conditionnée à l’arrivée d’un nouveau matériel en remplacement des Z6400. Le Francilien a fini par s'imposer dans une logique de renouvellement le plus rapidement possible mais son équipement ultérieur avec le nouveau système d'exploitation ne sera pas simple.

Suite du dossier