Un réseau à dominante grande banlieue

Le réseau Montparnasse assure d’abord une desserte de grande banlieue car en zone dense, il se situe dans un périmètre déjà bien garni, comprenant le RER C, le tramway T2 ainsi que les lignes 12 et 13 du Métro dans une moindre mesure.

070713_27318clamart

Clamart - 7 juillet 2013 - 7 voitures VB2N et une BB27300 : la composition type de la banlieue Montparnasse, y compris sur les dessertes omnibus circulant sur les voies centrales de Paris à Versailles. Compte tenu de la densité du réseau ferré en petite couronne, le trafic est assez modeste. Cette gare sera en correspondance avec la future ligne 15 du Métro. © transportparis

La desserte est assurée essentiellement par des compositions VB2N à 7 caisses, tractées par des BB7600 (mission Rambouillet) ou BB27300 (Dreux, Plaisir, Mantes). Elle comprend actuellement:

  • une mission Rambouillet tous les quarts d’heure en pointe directe de Paris à Viroflay RG, toutes les demi-heures en omnibus de Paris à Rambouillet en journée ;
  • une mission Dreux toutes les demi-heures en pointe, toutes les heures en journée directe de Paris à Versailles Chantiers, renforcée par un semi-direct par heure de pointe ne desservant que Versailles, Plaisir-Grignon, Montfort l’Amaury et Houdan ;
  • une mission Mantes la Jolie à même fréquence que Dreux mais intégralement omnibus
  • une mission Plaisir-Grignon au quart d’heure en pointe et à l’heure en journée, directe de Paris à Sèvres RG ;
  • une mission omnibus Sèvres RG d’heure de pointe au quart d’heure.

270808_432versailles

Versailles Chantiers - 27 août 2008 - Versailles est bien le carrefour structurant le fonctionnement de toute la banlieue Montparnasse. Alors que cette TER2Nng part en direction de Chartres, on aperçoit à droite une Z2N du RER C à destination de... Versailles Rive Gauche via Massy, Juvisy et Paris. © transportparis

Suppression de la ligne U : des possibilités nouvelles sur la ligne N

Ainsi, il existe un mélange entre la desserte de zone dense et de grande banlieue, liée pour partie à un trafic limite. La présente prospective vise à séparer les deux vocations. La disparition de la ligne U La Défense – La Verrière, telle qu’évoquée dans le chapitre consacrée au réseau Saint Lazare, constituerait une occasion pour le réseau Montparnasse (ligne N) de restructurer sa desserte en libérant un terminus compatible avec 4 voire 8 trains par heure.

Ainsi, il pourrait être réutilisé en créant une mission omnibus Paris Montparnasse – La Verrière circulant sur les voies centrales, de sorte à accélérer les dessertes de grande banlieue. Il s’agirait de prolonger les missions d’heures de pointe de Sèvres Rive Gauche et de les faire circuler toute la journée.

020612_27320villiers-neauphle-pontchartrain1

Villiers Neauphle Ponchartrain - 2 juin 2012 - Pour les missions de grande banlieue, la création d'une mission omnibus Paris - La Verrière en lien avec le prolongement de la ligne L à Saint Quentin en Yvelines réduirait les temps de parcours, notamment entre Paris et Versailles. © transportparis

La desserte des missions Rambouillet, Dreux et Mantes via Plaisir Grignon pose en revanche la question des correspondances à Viroflay Rive Gauche avec T6 (liaison vers la zone d’emplois de Vélizy) et à Clamart avec la ligne 15 du Grand Paris. Ces deux arrêts semblent se justifier pour l’ensemble des missions de grande banlieue, outre évidemment la mission Plaisir-Grignon et celle proposée sur La Verrière. La mission Plaisir-Grignon, aujourd’hui directe de Paris à Sèvres pourrait être rendue omnibus pour intensifier la desserte de la première couronne et proposer un accès à la ligne 15 pour les gares de Saint Cyr à Plaisir-Grignon : une alternative à un arrêt des missions Mantes et Dreux si le flux de voyageurs intéressé était finalement faible, qui équilibrerait l’usage des voies directes (Dreux, Mantes, Rambouillet) et centrales (Plaisir-Grignon et La Verrière).

Matériel roulant : remplacer les VB2N

090415_VB2Nepone1

Epône-Mézières - 9 avril 2015 - Les VB2N de la banlieue Montparnasse sont assemblées en rame de 7 voitures offrant depuis leur rénovation 1045 places assises. Il est fortement question d'acquérir des automotrices à deux niveaux et à plancher bas pour leur succéder. Le Régio2N pourrait connaître une deuxième application sur Transilien après la ligne R. © transportparis

Livrées à partir de 1975, la fin de vie des VB2N approche. Le réseau Montparnasse étant vierge de quais à 920 mm, l’emploi de rames à plancher bas s’impose comme une évidence, évitant des travaux longs et onéreux, équivalent au quart du coût de renouvellement du parc. Le Régio2N retenu sur la ligne R pourrait être décliné sur la ligne N (en version 103 m au lieu de 110 m toutefois).

Seule interrogation, la mission Mantes la Jolie : desservant Epône-Mézières, elle est donc en interface avec le RER E dont l’exploitation repose sur des quais de 920 mm. Etant donné qu’une spécialisation des quais n’est pas possible vue la densité de circulation sur le groupe V (du moins tant que LNPN n’est pas réalisée en Ile de France), la contrainte pourrait être exporté sur le matériel.

Dès lors, un sous-parc de matériel compatible avec les 2 hauteurs de quai est nécessaire, moins contraignant que la situation actuelle avec la dualité des engins moteurs, les BB7600 monocourant ne pouvant assurer les dessertes de Dreux et Mantes. En alternative, la contrainte sera reportée sur l’infrastructure avec des quais à 760 mm permettraient, mais de façon dégradée, un accès aux rames à plancher haut du RER E et de la ligne N : une marche « normale » pour accéder au RER E, une marche « négative » (descendre dans le train pour entrer) pour la ligne N.

Autre élément à prendre en considération, l’alimentation électrique est ancienne, le 1500 V étant apparu dans les années 1930. La solution au fil de l’eau serait de le renforcer par l’ajout de quelques sous-stations supplémentaires afin de pouvoir s’affranchir des limiteurs de puissance sur les TER2Nng et utiliser toute la puissance des successeurs des VB2N (Régio2N ?). L’alternative serait de préparer la migration au 25000 V par un renouvellement des équipements compatibles avec une telle évolution.

110215_7605rambouillet

Rambouillet - 11 février 2015 - Les BB7600 sont venues compléter le parc des BB27300 insuffisamment nombreuses. Il est dommage de ne pas avoir préféré des BB22200 : bicourant, ces machines n'auraient pas été prisionnières, comme les BB7600, des missions de Rambouillet. © transportparis

Synthèse des propositions

  • Création d’une mission omnibus La Verrière au quart d’heure toute la journée remplaçant la ligne U
  • Exploitation omnibus des missions Plaisir-Grignon, notamment pour la desserte de Clamart (correspondance ligne 15)
  • Matériel à plancher bas sur les missions Dreux, Plaisir, Rambouillet, La Verrière
  • Pour la mission Mantes, matériel à plancher bas si les quais d’Epône sont maintenus à 760 mm à Epône ou matériel compatible avec les 2 hauteurs de quais (type Z2N) si les quais d’Epône sont rehaussés à 920 mm
  • Renforcement du 1500 V et étude en vue d’une conversion au 25000 V, par un renouvellement de la caténaire compatible avec un changement de tension d’alimentation

perspectives-montparnasse

160712_5327les-essarts_sivatte

Les Essarts le Roi - 16 juillet 2012 - Les Z5300 ont arpenté les lignes de Rambouillet et de Plaisir-Grignon poursuivant une tradition de l'automotrice en acier inoxydable remontant à l'introduction en 1937 des Z3700. © J. Sivatte

Vers Saint Lazare / Nord / Est / Sud-EstMenu