Sobriété, élégance : le Nord-Sud avant-gardiste

La nouvelle compagnie faisait le choix de balustrades en fer forgé au dessin classique, tout en ornant les escaliers de céramique vernissée à la laitance et de briques ocres ornées de murs d’échiffres réalisés avant cuisson.

Elle mit également au point plusieurs repères particulièrement bien étudiés pour l'époque. D'abord, la plaque rouge dans laquelle était découpée la mention Nord-Sud, avec un éclairage intérieur, du plus bel effet, mais surtout visible de loin. Ensuite, le style ouvragé et élégant des balustrades, avec une différence de décoration selon qu'il s'agissait d'une entrée (avec les plaques du monogramme de la compagnie) ou d'une sortie (sans ces plaques). Enfin, les murs d'échiffres, dans les escaliers, étaient en céramique peinte de couleur brune, ornée d'une frise colorée.

CP-entree-NS-rue-du-bac

Boulevard Raspail - Cliché pris certainement peu après l'inauguration du Nord-Sud puisque l'oblitération date d'avril 1911. L'encadrement est plus sobre que celui dessiné par Guimard pour la CMP mais il est particulièrement élégant. Il s'agit d'une sortie. On aperçoit la plaque éclairée de l'entrée côté rue de Rennes, qui concourt à repérer les accès et à dinstinguer les réseaux.

CP-metro-entree-brochant

Configuration comparable rue Brochant mais on remarque d'un côté une rambarde en fer forgée continue alors que de l'autre, des piliers en pierre alternent avec la balustrade. La photo est encore une nouveauté et on remarque que de nombreux passants prennent la pose, comme ces enfants sur la chaussée. A gauche une entrée reconnaissable aux plaques carrés intégrant le sigle NS, alors qu'à droite il s'agit d'une sortie plus dépouillée.

CP-metro-entree-montparnasse2

Expression de la concurrence entre les réseaux : l'accès sur la place de Rennes, au pied de l'ancienne gare Montparnasse comprend 2 mâts, l'un du Nord-Sud (ligne A, actuelle ligne 12) et l'autre du Métro (ligne 4). On note en revanche le large accès avec une balustrade en pierre, comme sur la place de l'Opéra.

CP-metro-entree-vaugirard

Le Nord-Sud, n'ayant pas les mêmes facilités d'installation que la CMP, dut parfois adapter la configuration des accès, comme ici le long du square de Vaugirard. La rambarde côté rue est du même motif que celle qui ferme le square, préservant l'esthétique de l'ensemble. L'accès a été pivoté à 180 degrés dans les années 1950-1960 et un entourage en aluminium a été installé.

CP-entree-la-fourche

La station La Fourche, sur l'avenue de Clichy et son accès particulier, malheureusement disparu, victime d'une standardisation excessive. Sur cette vue, on voit les deux escaliers convergeant ensuite vers une trémie unique. Outre le panneau Nord-Sud rouge à lettres lumineuses, on peut aussi repérer le panneau avec le plan du réseau et la décoration des balustrades.

1337343988-Lamarck-Caulaincourt-Station-1-JPR

L'accès à la station Lamarck est situé sous un des escaliers de la butte Montmartre. On le voit ici dans son état s'origine, probablement dans les années 1920. Il faut noter qu'il n'y a pas de candélabre sur la rue pour indiquer l'accès : il est probablement apparu après 1930, installé par la CMP. (cliché X)

141009_entree-solferino

Boulevard Saint Germain - 14 octobre 2009 - Les accès Nord-Sud se distinguent par les matériaux et les couleurs avec cette ferronnerie plus classique quoique très élégante et cette alternance avec les piliers recouverts de céramique colorée, tandis que les murs d'echiffre de part et d'autre de l'escalier sont ornés d'une élégante frise. En revanche, les holophanes d'éclairage ont été installés a posteriori par la CMP. © transportparis

PHOTO-acces-sevres-babylone

L'accès de la rue de Sèvres dans les années 1920, assurément avant 1929 puisque figure toujours la mention Nord-Sud. Cet entrée a été créé, probablement en 1923 par la CMP,  à l'arrivée de la ligne 10. Les candélabres Dervaux rappellent les inscriptions au-dessus des escaliers. (archives Ville de Paris)

210518_entree-sevres-babylone

Rue de Sèvres - 21 mai 2018 - Evolution plus d'un siècle après le premier cliché, la présence d'un escalier mécanique et l'unification de la signalétique. La grande plaque Métropolitain a en revanche disparu. © transportparis

Suite du dossier / Retour au sommaire