Deuxième ligne de transport par sa fréquentation, la ligne B du RER transporte aujourd'hui plus de 900 000 voyageurs par jour du nord au sud de l'Ile de France. Constituée de la réunion de la ligne de Sceaux et de deux lignes de la banlieue nord, dont la branche de Roissy crée en 1976, elle est désormais co-exploitée par les deux entreprises, la RATP et la SNCF.

L'histoire de cette ligne est riche : aux origines, le chemin de fer de Sceaux de la compagnie Arnoux se distingua par une technique ferroviaire inédite de châssis articulés sur des voies à écartement large. En proie à des difficultés économiques et à la montée en puissance des grandes compagnies ferroviaires, elle fut reprise par le Paris-Orléans qui dut engager sa conversion à voie normale menée en un temps record. Cependant, le PO ne put jamais intégrer pleinement cette ligne à son réseau et souhaita la céder dans les années 1930. A l'occasion de la nationalisation des chemins de fer, elle fut déclassée en chemin de fer d'intérêt local et transférée à la Compagnie du Métropolitain de Paris qui en fit un laboratoire de l'exploitation d'un chemin de fer suburbain qu'on commençait tout juste à appeler Métro Régional et qui allait devenir 40 ans plus tard le RER.

Le schéma RER provoquait non seulement la correspondance avec la ligne est-ouest dans la gare souterraine de Châtelet les Halles et la réunion de la ligne de Sceaux avec deux lignes de la banlieue Nord exploitée par la SNCF. Il fallut plus de 25 ans pour passer de l'interconnexion, avec changement de conducteur à la limite des domaines RATP et SNCF, à l'interopérabilité et la co-exploitation par les deux entreprises.

transportparis vous propose de retracer l'histoire du RER B.

Chapitre 1 : la ligne de Sceaux, époque chemin de fer

Chapitre 2 : de la ligne de Sceaux à l'interopérabilité

Chapitre 3 : le RER B Nord+

Retrouvez aussi nos pages consacrées aux automotrices de la ligne de Sceaux et au MI79, les deux matériels emblématiques du RER B.