03 février 2014

Modernisation du réseau ferroviaire : vers des coupures longues ?

Près d'un milliard d'euros d'investissement sont prévus entre 2014 et 2020 sur le réseau ferroviaire en Ile de France. L'augmentation du trafic, en nombre de voyageurs et en nombre de trains, depuis le début des années 2000, sur des infrastructures ayant souffert des Trente Glorieuses aux budgets largement dévolus à la route.

Résultat, les défaillances de la voie, de la signalisation ou de l'alimentation électrique impactent beaucoup plus de trains et de voyageurs, dans un contexte où la ponctualité des transports publics est devenue un élément majeur dans le quotidien des franciliens. Avec une moyenne autour de 85 % de trains annoncés à l'heure, les statistiques ont de quoi apparaître relativement honorables compte tenu du trafic emporté par le réseau... mais ce chiffre soustrait les trains supprimés. En réalité, la ponctualité vécue par les voyageurs se situe plutôt autour de 65 % en moyenne francilienne.

Les infrastructures ont besoin d'être régénérées et modernisées. S'ajoutent également plusieurs grands ouvrages d'arts (ponts, viaducs et tunnels) à remplacer ou à conforter, mais aussi les programmes de développement (schémas directeurs des RER) et le traitemetnt des gares pour leur augmentation de capacité et leur mise en accessibilité.

Actuellement, les travaux sont conçus pour être réalisés la nuit en amorçant la fin de service vers 22h30 pour gagner 2 heures, et au cours de weeks-ends d'interception, quand le trafic est moindre. Néanmoins cela ne suffit plus et, pour simplifier, il faudrait envisager d'ajouter une dizaine de weeks-ends par an pour arriver à ordonnancer l'ensemble des travaux prévus chaque année.

A défaut de modification du calendrier grégorien, RFF et la SNCF envisagent des coupures massives du service pour accélérer la réalisation de ces travaux et améliorer leur qualité : la pression reposant sur les équipes lors de travaux nocturnes : des malfaçons peuvent survenir accentuant le risque de restitution tardive de la voie.

Interrogé sur cette hypothèse d'interceptions totales de plusieurs semaines, le Président du STIF ne s'est pas dit opposé à cette proposition, à condition que les moyens de substitution puissent suivre. C'est assurément là que réside le point central : être en capacité de proposer des itinéraires bis par train et par bus pendant des jours de semaine, alors même que les autobus et autocars utilisés le week-end pour les remplacements sont la semaine en ligne...

 

Posté par ortferroviaire à 11:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


08 janvier 2014

T4 : la 4G mettrait la ligne à l'arrêt

Le service de la ligne T4 Bondy - Aulnay a été fortement bousculé par des perturbations électromagnétiques dont l'origine serait liée au déploiement de la 4G en Ile de France : les communications entre le poste de commandement de la ligne et les conducteurs étaient altérées et dans ces conditions, la SNCF a dû alléger l'exploitation, voire recourir à de la substitution par autobus depuis le mois de décembre. Les trams-trains sont de retour sur la ligne mais avec des dispositions particulières, notamment le retour de la bonne vieille torche rouge qu'on allume en cas d'immobilisation d'une rame sur la voie. En attendant, la recherche des causes précises de ce phénomène se poursuit...

Posté par ortferroviaire à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 décembre 2013

Les rocades ferroviaires en Ile de France

transportparis vous propose une série de dossiers consacrés aux rocades ferroviaires en Ile de France. Alors que la première phase de la tangentielle nord est en construction, que les études se poursuivent sur la tangentielle ouest et la liaison Versailles - Massy - Evry, commençons par un retour en arrière sur la genèse de ces projets au travers de la construction de la Grande Ceinture puis du premier projet de revalorisation de cette ligne, dont la majorité du parcours fut privé de dessertes voyageurs dès 1939, au travers du projet Lutèce.

Les trois dossiers consacrés aux trois lignes réactivant la Grande Ceinture sont également en ligne : 

A vos commentaires !

Posté par ortferroviaire à 14:42 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 décembre 2013

Grâce au Francilien, Paris Nord retend les marches

250913_046enghien1

Enghien - 25 septembre 2013  - La rame 46 entre en gare d'Enghien dont les quais viennent d'être rehaussés pour un accès de plain-pied. Les horaires ont pu être retracées sur les performances de ce matériel et en bénéficiant d'une amélioration de l'alimentation électrique, il est vrai conçue pour les matériels de la fin des années 1960... © transportparis

Les nouveaux horaires mis en oeuvre à compter de ce dimanche 15 décembre sont l'occasion de quelques bonnes surprises. Les voyageurs de la ligne H, au départ de Paris Nord vers Persan (via Montsoult ou via Ermont et Valmondois), Pontoise et Luzarches bénéficient de la refonte des horaires du fait d'une exploitation désormais homogène en Francilien et de la mise en service du survolteur installé par RFF à Ermont-Eaubonne pour réduire les chutes de tension à la caténaire sur la secteur alimenté par la sous-station de La Briche. Ainsi, les nouveaux horaires gagnent entre 2 et 5 minutes par rapport au service annuel 2013. Pour une fois !

Posté par ortferroviaire à 19:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

05 décembre 2013

Transilien : 43 Francilien + 48 Régio2N + 6 Z2N

Comme nous vous l'indiquions le 27 novembre dernier, le STIF présentera un programme d'acquisition de matériel roulant à son conseil d'administration du 11 décembre prochain.

43 Francilien seront notifiés, ouvrant la tranche optionnelle de ce marché notifié en 2006 :

  • 6 rames longues pour Creil - Pontoise
  • 18 rames longues pour Paris - Crépy en Valois
  • 19 rames courtes pour Paris - Versailles / Saint Nom la Bretèche

Ces 19 rames ne couvrent évidemment pas la totalité du groupe II, mais le STIF n'a pas encore tranché quant au devenir des MI2N du RER E et leur possible affectation sur les groupes III et IV, libérant ainsi suffisamment de Francilien (en cours de réception) pour équiper intégralement le groupe II.

Comme indiqué précédemment, 48 Régio2N seront destinés à la banlieue Sud-Est pour les lignes de Montereau et de Montargis. De la sorte, la SNCF pourra libérer 24 Z2N qui devraient être réaffectées, notamment sur les RER C et D.

Enfin, le STIF officialise l'acquisition des 6 Z2N série 92050 de la Région Nord Pas de Calais et leur mise au type 20500 pour venir renforcer le parc du RER D, notamment pour les navettes Juvisy - Melun, puisque les Z92050 ne comprennent que 4 voitures.

Au total, ces commandes représentent 900 M€, dont l'essentiel tombe dans l'escarcelle de Bombardier, constructeur du Régio2N et du Francilien.

Posté par ortferroviaire à 13:17 - - Commentaires [59] - Permalien [#]
Tags : , , ,


27 novembre 2013

Nouvelles commandes de Francilien et Régio2N

Le prochain conseil du STIF du 11 décembre prochain devrait donner un bol d'air à l'industrie ferroviaire et en particulier à Bombardier puisque figurera au menu de cette séance l'acquisition d'une nouvelle tranche de Francilien et, demi-surprise, de Régio2N.

Pour le Francilien, il s'agit notamment d'assurer l'équipement des lignes Paris - Crépy en Valois et Creil - Pontoise. A l'exception des RER B et D, l'ensemble de la banlieue Paris Nord sera donc exploitée avec un seul type de matériel. Tout au plus pourra-t-on noter que le train le plus chargé de Creil - Pontoise est fréquenté par moins de 200 voyageurs, alors que le Francilien offre une capacité de 920 places. En outre, cette ligne ne comprend aucune gare à quai haut. L'argument de la production du service l'a emporté sur certains éléments plus qualitatifs.

Cette première commande ne pourvoit pas à la totalité des besoins car le STIF n'a pas encore tranché sur le parc destiné au RER E : la SNCF lui propose un parc homogène d'un matériel de nouvelle génération - RERng - et de redéployer les MI2N sur le réseau Saint Lazare afin de pourvoir au remplacement des Z6400, initialement envisagé par une commande de Francilien. Ainsi, les 53 MI2N pourraient concourir au remplacement des 72 Z6400 : le différentiel serait couvert par un complément de Francilien.

Il faudra attendre la conclusion d'un accord entre la SNCF et le STIF pour statuer sur le nombre final de Francilien commandés. Une seule certitude : la tranche optionnelle de 200 unités ne sera pas totalement consommée.

Quant au Régio2N, après l'échec (comment pouvait-il en être autrement) ? de la tentative d'introduction de MI84  de la RATP sur la banlieue Sud-Est, le STIF devrait annoncer une quarantaine d'éléments pour les lignes Paris - Montereau et Paris - Montargis, ce qui, par décalage, libèrera des Z2N convoitées par plusieurs lignes d'Ile de France. Les voyageurs gagneront en commodité d'accès avec ce matériel à plancher bas, mais aussi en confort avec l'introduction d'un matériel au standard du transport régional pour ces liaisons de plus d'une heure. D'ailleurs, la Région Bourgogne, avec laquelle est assurée la desserte Paris - Montereau, devrait elle aussi confirmer prochainement sa commande de Régio2N pour l'axe Paris - Montereau - Sens - Laroche Migennes.

L'introduction du Régio2N sur ces deux lignes sera-t-elle suivie d'autres applications ? En 2009, le Schéma Directeur du Matériel Roulant du STIF avait clairement indiqué sa préférence pour un matériel à 2 niveaux et à plancher bas pour la banlieue Montparnasse, voire le RER C.

Posté par ortferroviaire à 11:42 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

23 novembre 2013

Dossier Z2N

020613_5632bois-le-roi

Bois le Roi - 2 juin 2013 - Une rame de la ligne R en direction de Montargis, assuré par un UM formé d'une Z20500 5 caisses en tête et d'une Z5600 6 caisses en queue. Ces dernières sont arrivées voici déjà 30 ans. © transporparis

Elles sont omniprésentes, avec 358 éléments dont les premiers sont arrivés voici 30 ans. Matériel très capacitaire, au confort cependant précaire, compatible avec les différentes hauteurs de quai, les Z2N ont essaimé sur la plupart des lignes d'Ile de France avant d'être redistribuées à l'arrivée du Francilien. S'arrogeant la desserte des RER C et D, présentes également sur la banlieue Sud-Est, une partie de la banlieue Est ainsi que la ligne U, les Z2N restent prisées de l'exploitant en dépit de leurs faiblesses sur la gestion des échanges de voyageurs.

Les Z2N sont l'objet du nouveau dossier de transportparis. A vos réactions !

 

Posté par ortferroviaire à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 novembre 2013

Saint Lazare : les Francilien en unité multiple

Enfin, diront les usagers de la ligne Paris - Nanterre Université. Engagés depuis la mi-juillet en unité simple, les Francilien ne pouvaient rouler en unité multiple en raison d'une procédure sociale interne aboutissant à une expertise déclenchée par le CHSCT à propos de l'usage des miroirs pour l'arrêt à Paris Saint Lazare. Le sujet étant désormais levé, les Francilien circulent depuis ce matin en rames longues.

Posté par ortferroviaire à 19:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

10 octobre 2013

MI84 : le transfert au sud-est abandonné

Que faire des MI84 libérés par l'arrivée des MI09 sur le RER A ? La question agite le landerneau politico-technique francilien depuis que la commande de MI09 a été passée et surtout depuis qu'une évidence a été révélée : les MI84 sont un matériel particulier qui ne peuvent pas circuler sur n'importe quelle ligne, pour deux raisons principales :

  • c'est un matériel RATP qui n'est pas équipé des équipements requis pour circuler sur le Réseau Ferré National, ni des équipements d'exploitation de la SNCF : ainsi, il ne dispose pas du contrôle de vitesse par balise (KVB), ni du GSM-R, pas plus que de l'ATESS (Acquisition et Traitement de Sécurité en Statique), en clair la "boîte noire ferroviaire", et de l'Equipement Agent Seul avec écrans embarqués en cabine de conduite pour la gestion des arrêts en gare ;
  • la hauteur du plancher est de 1,20 m, ce qui limite le périmètre d'utilisation aux lignes dotées de quais au moins de 920 mm ;

Si le parc du RER B a été complété afin de consolider la réserve d'exploitation de la ligne et palier l'absence de MI79 pour cause de rénovation, l'achèvement imminent de la livraison des 60 premiers MI09 destinés à éliminer les MI84 du RER A va donc définitivement mettre à l'écart et sans usage les deux tiers de l'effectif MI84.

Le STIF avait approuvé le 13 février dernier le transfert de 20 rames sur le réseau sud-est pour remplacer les Z5300 assurant les liaisons Juvisy - Melun et Melun - Montereau, en dépit des réserves formulées par la SNCF sur l'inadéquation de ce matériel et les coûts qui résulteraient de son adaptation technique au Réseau Ferré National, ainsi que sur les conditions d'accès aux rames depuis des quais bas (38 à 55 cm). Le budget de 800 000 € voté pour ce transfert apparaissait ridicule au regard des travaux à mener sur les cabines de conduite mais aussi pour la rénovation de ces 20 rames, surtout au regard de l'évolution des coûts de rénovation des MI79 dont les MI84 sont étroitement dérivés... La réalité des coûts se situaient plutôt autour de 3 à 4 M€, pour une durée de vie résiduelle de 10 à 15 ans, rendant l'opération non viable sur le plan économique, par rapport aux 8 M€ pour l'achat d'une rame neuve d'une durée de vie de 40 ans.

Finalement, la SNCF a su faire entendre sa voix et ce transfert est désormais abandonné, ce qui n'arrange pas les relations de l'exploitant avec son autorité organisatrice. Bien évidemment, les politiques vont s'emparer de l'affaire et dénoncer de façon péremptoire l'incompétence des décideurs et des techniciens qui ne sont pas capables de réutiliser du matériel ferroviaire alors que la situation de l'exploitation est au mieux médiocre voire calamiteuse.

On aimerait juste que les donneurs de leçons se mettent au fait des réalités du système ferroviaire avant d'étaler leur acrimonie dans la presse, et dans les couloirs feutrés des lieux de décisions. Mais il est vrai que dans une période électorale qui s'annonce ô combien bouillante, tous les coups sont permis, surtout les mauvais !

Posté par ortferroviaire à 10:22 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

16 septembre 2013

T4 : feu vert pour l'antenne de Montfermeil

Le 12 septembre dernier, l'antenne du tram-train T4 entre Gargan et l'hôpital de Montfermeil a obtenu sa déclaration d'utilité publique, ce qui permet au projet de tenir son calendrier prévoyant le début des travaux l'année prochaine et une mise en service en fin d'année 2017. Reste que ce précieux sésame ne sera peut-être pas suffisant pour tempérer les oppositions qui émaillent la genèse de ce projet, certaines communes s'étant distinguées par leur hostilité, non sans arrières pensées politiciennes.

Malgré les critiques, la question de la desserte de Montfermeil, difficilement accessible du fait de la position géographique en plateau, reste un enjeu pour les habitants de ce secteur : si le tramway n'est pas la recette miracle à tous les problèmes économiques et sociaux rencontrés par ce territoire "sensible", l'hypothétique Grand Paris Express ne l'est pas plus et on peut s'interroger sur la légimité d'une commune à faire de l'opposition à l'amélioration d'une autre... Une fois de plus, le maillage administratif actuel de l'Ile de France n'a pas été pas étranger aux difficultés rencontrées dans la gestion de projets intercommunaux...

transportparis vous propose de revenir sur la genèse de la ligne T4, l'ancienne ligne de Coquetiers, et sur les origines du projet de desserte de Montfermeil.

Posté par ortferroviaire à 19:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :