29 avril 2016

Des autobus bien gardés

Le centre bus de la rue de Lagny, dans le 20ème arrondissement de Paris, a fait l'objet d'une importante opération immobilière. L'ancien  remisage des autobus, hérité des anciens dépôts de tramways, était devenu trop petit avec une capacité de 114 places, et ses installations obsolètes par rapport aux besoins de maintenance des véhicules modernes. En janvier 2012, le remisage des autobus a été déplacé sur un site provisoire voisin, sur l'ancienne ligne de la Petite Ceinture, pour permettre la démolition du bâtiment existant.

280416_batiment-sur-depot-lagny

Paris - Rue des Pyrénées - 28 avril 2016 - Difficile à imaginer que sous cet imposant bâtiment à la façade rouge abritant des services du ministère de l'intérieur se cache un dépôt d'autobus d'une capacité de 184 véhicules ! © transportparis

Le nouvel équipement de la RATP, inauguré le 7 mars dernier, est désormais semi-enterré et sa capacité portée à 184 autobus avec une superficie totale de 45 000 m² sur trois niveaux. Un puits de lumière naturelle éclaire l'atelier de maintenance et une partie des bureaux de l'administration de la RATP. Le dépôt est recouvert d'un jardin de 3500 m², lui-même entouré de plusieurs bâtiments : le plus important accueille des services du ministère de l'intérieur (1400 agents). Sont également intégrés une crèche et une extension d'un collège. La RATP a reçu pour ce projet le "Brownie award" du meilleur projet international de renouvellement urbain.

D'un coût de 53 M€, le projet a été autofinancé à hauteur de 45 M€ par la RATP, le STIF contribuant à hauteur de 8 M€.

Posté par ortferroviaire à 20:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


28 avril 2016

Bus hybrides : 3 nouvelles lignes dans Paris

Reprenons notre tour d'horizon de l'arrivée des nouveaux autobus de la RATP et en particulier les véhicules à motorisation hybride. En début d'année, les Urbanway avaient fait leur apparition en version 12 m sur la ligne 46 Gare du Nord - Château de Vincennes et en version articulée sur la ligne 143 La Courneuve Aubervilliers - Rosny sous Bois, tandis que leurs cousins poitevins, les GX337, avaient fait des lignes 166 Porte de La Chapelle - Gennevilliers Les Bandonniers et 167 Pont de Levallois - Colombes Audra leurs premiers terrains.

Premier volet de notre "tournée de printemps" dans Paris, avec trois lignes du dépôt de Croix-Nivert recevant des hybrides Iveco et Heuliez.

270416_39vaugirard-pasteur

Paris - Rue de Vaugirard - 27 avril 2016 - Sur la ligne 39 Gare du Nord - Issy Frères Voisin, les GX337 ont succédé aux Agora V2. © transportparis

270416_42bouvard2

Paris - Avenue Joseph Bouvard - 27 avril 2016 - Même scénario de renouvellement pour la ligne 42 Gare du Nord - Hôpital Pompidou. © transportparis

270416_82boissiere-kleber

Paris - Avenue Kléber - 27 avril 2016 - Même dépôt mais choix d'un matériel - légèrement - différent puisque la ligne 82 Luxembourg - Neuilly (hôpital américain) a troqué ses Agora V2 contre des Urbanway. © transportparis

270416_82+21luxembourg

Paris - Place Edmond Rostand - 27 avril 2016 - Deux hybrides sur le même cliché. Le Lion's City de la ligne 21 va dépasser l'Urbanway de la ligne 82 durant son terminus. On notera l'évolution de la livrée frontale de l'Urbanway, visible du fait de l'absence de la banane publicitaire, dont le positionnement est assez disgrâcieux à cause du proéminent logo du constructeur. Ce cliché permet de comparer l'équilibre très différent des lignes des modèles Iveco et MAN. © transportparis

Ainsi désormais dans Paris, les autobus hybrides sont présents, de façon partielle ou totale sur les lignes 21, 39, 42, 46, 82 et 91 avec 3 modèles : MAN Lion's City, Iveco Urbanway 12, Heuliez GX337 et GX427/437. Du point de vue du voyageur, le premier bénéfice d'une avance sensible en matière de confort sonore...

Posté par ortferroviaire à 20:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

22 avril 2016

Plateau de Saclay : le TCSP progresse

Non, il ne s'agit pas des premiers travaux de la ligne 18 qui est seulement en enquête publique, mais du site propre pour autobus : une nouvelle section a été mise en service le 4 avril dernier sur la RD306 le long du Commissariat à l'Energie Atomique entre le Christ de Saclay et le carrefour Saint Aubin.

Cet été ouvrira la section entre le carrefour Saint Aubin et l'école polytechnique afin de créer la continuité avec la section de site propre ouverte en 2009 en direction de la gare de Massy Palaiseau.  La ligne Express 91-06 Massy Palaiseau - Saint Quentin en Yvelines bénéficie donc de nouvelles facilités de circulation avec priorité aux feux. Cet été, l'école polytechnique et le plateau de Saclay profiteront donc d'une liaison plus rapide vers les RER B et C. La section entre le Christ de Saclay et la limite du site propre existant depuis 2000 côté Saint Quentin en Yvelines reste en étude.

Posté par ortferroviaire à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 février 2016

RATP : la ligne 143 en articulés

Le programme d'équipement des lignes à fort trafic en autobus articulés avance assez lentement. Après les lignes 26 (Gare Saint Lazare - Nation), 150 (Porte de La Villette - Gare de Pierrefitte-Stains), 170 (Porte des Lilas - Gare de Saint Denis), c'est une autre ligne du nord-est parisien qui bénéficie de véhicules de grande capacité : la ligne 143 (Gare de La Courneuve Aubervilliers - Gare de Rosny sous Bois) avec l'apparition des premiers Urbanway 18 hybrides dotés de 4 portes.

160216_143noisy-le-sec-leclerc

Noisy le Sec - Avenue Leclerc - 16 février 2016 - Les Citaro C2G avaient inauguré le diagramme à 4 portes pour fluidifier les échanges aux arrêts. Les Urbanway 18 à motorisation hybride ont judicieusement adopté cette configuration. © transportparis

L'essai effectué à bord d'un de ces nouveaux véhicules donne une impression similaire à celle des véhicules Heuliez quant à la motorisation, assez nerveuse, mais passablement bruyante dès que le moteur est sollicité. Le stop-and-start génère des vibrations supérieures à celles des modèles MAN. A l'intérieur, on notera aussi l'exiguité des deux places situées face à la porte du fond et la présence d'un second emplacement pour les fauteuils roulants. La disposition à 4 portes est en revanche bénéfique pour la gestion des arrêts de même que les portes louvoyantes coulissantes.

Pour cette ligne, l'équipement en articulés est en quelque sorte un retour puisqu'elle avait déjà été équipée de tels véhicules du 1er octobre 1984 au 16 janvier 1995 avec des PR180MI.

Les Omnicity équipant jusqu'à présent la ligne 143 sont mutés sur la ligne 63 Gare de Lyon - Porte de La Muette en remplacement des Agora Line.

Posté par ortferroviaire à 19:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 janvier 2016

Bus RATP : des hybrides et encore un peu de Diesel

Ces dernières semaines ont été marquées par la poursuite des mises en service d'autobus hybrides, avec cette fois-ci un coup d'accélérateur à la faveur de l'introduction des Heuliez GX337, de l'arrivée des Iveco Urbanway 12 et de la nouvelle série de MAN Lion's City.

Ainsi, les GX337, après avoir fait leurs débuts sur le 167, sont arrivés sur les lignes 112, 152, 166, 173, 306 et pointent actuellement leurs batteries sur le 360.

120116_173saint-denis-landy

Saint Denis - Rue du Landy - 12 janvier 2016 - La ligne 173 Porte de Clichy - La Courneuve 8 mai 1945 troque ses Agora S pour des GX337 hybrides. © transportparis

L'Urbanway 12 hybride fait quant à lui sa première apparition à la RATP sur la ligne 46, et on notera une évolution de la livrée sous le pare-brise qui améliore un peu l'esthétique de leur face frontale. La technique de motorisation est similaire à celle des GX337.

160116_46daumesnil3

Paris - Place Daumesnil - 12 janvier 2016 - Les Agora V3 font place aux Urbanway hybrides sur la ligne 46 Gare du Nord - Château de Vincennes. Notez le logo Iveco, toujours aussi imposant, mais désormais intégré dans une découpe noire soulignée de vert jade. © transportparis

La livraison des Urbanway 12 en motorisation Diesel est en revanche terminée avec 130 voitures affectées aux lignes 69, 122, 172, 294, 303 et 378. En version articulée, ils ont repris aux Scania Omnicity le service de l'Orlybus.

120116_ORLYBUSdenfert-rochereau1

Paris - Place Denfert-Rochereau - 12 janvier 2016 - Orlybus fait partie des dernières lignes équipées d'autobus 100% Diesel. Le confort des sièges est en net recul par rapport aux Omnicity. Dommage. © transportparis

MAN a repris la livraison de Lion's City hybrides en version 12 m, avec l'équipement des lignes 153, 213, 220 et 323.

120116_153la-plaine-stade-de-france1

La Plaine Saint Denis - Avenue du Stade de France - 12 janvier 2016 - La ligne 153 Porte de La Chapelle - Stains Moulin Neuf reste fidèle aux autobus MAN : les NL223 font place à la nouvelle livraison de Lion's City hybrides. © transportparis

Enfin, Gepebus a débuté la livraison des Oreos 4X électriques destinés au Montmartrobus.

A priori, l'autobus en service régulier le plus ancien du parc RATP est l'Agora L n°4507 mis en service en octobre 1999.

Posté par ortferroviaire à 20:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,


08 janvier 2016

Restructurer le réseau d'autobus parisiens

La configuration du réseau d’autobus parisiens remonte dans ses principes à 1945. La CMP administrant provisoirement le réseau de surface avant la constitution en 1948 de la RATP avait défini les principes d’une nouvelle organisation de la desserte avec une forte complémentarité entre bus et métro. Principalement structuré autour des gares parisiennes et de quelques points centraux (notamment le secteur Châtelet - Hôtel de ville), le réseau a aujourd'hui vieilli.

Un réseau immuable ?

Le réseau a aujourd’hui vieilli au sens que la ville a évolué beaucoup plus rapidement que sa desserte. Principal décalage, le plus faible maillage du réseau dans les arrondissements périphériques. Résumé assez schématiquement, l’offre est importante dans le cœur de Paris, mais le trafic est plus élevé dans les arrondissements limitrophes. C’est notamment le résultat des troncs communs et d’une prise de conscience assez tardive de la nécessité de réviser la desserte de Paris pour répondre à ses évolutions démographiques et urbaines, avec notamment la réalisation de plusieurs projets de transformation des quartiers.

Puisqu’il est question des défauts du réseau parisien, il faut aussi faire état de sa médiocre lisibilité malgré le principe de numérotation. En dépit d’une cartographie plutôt bien réalisée, le réseau est assez difficile à appréhender du fait des nombreux troncs communs, des itinéraires dissociés.

Il faut aussi évoquer son fort cloisonnement dans les limites de la ville de Paris puisque sur les 58 lignes principales, seule une petite moitié (24) franchit le périphérique… et encore, dans des proportions très limitées pour 3 d’entre elles (39, 66, 94) dont le terminus se situe juste après les limites de la ville.

Enfin, comment ne pas évoquer les conditions d’exploitation et la lenteur des autobus parisiens ? En cause, la gestion des carrefours, la démultiplication des feux tricolores, l’absence de passage prioritaire, le non-respect (surtout par les taxis et les livraisons) des couloirs qui leur sont en principe réservés, et la faible distance entre arrêts. Dans les années 1950 et 1960, le nombre d’arrêts fut augmenté en « officialisant » la descente entre deux arrêts, d’autant plus facile à l’époque avec les autobus à plateforme arrière ouverte (il suffisait d’enlever la chaîne…).

Les objectifs de notre proposition

Une restructuration du réseau d’autobus dans Paris devrait poursuivre les objectifs suivants :

  • renforcer la desserte des arrondissements périphériques marqués par un fort déséquilibre entre le nombre d’habitants et la densité d’offre ;
  • donner plus de lisibilité au réseau ;
  • rationaliser les troncs communs ;
  • améliorer la desserte des gares ;
  • diminuer l’effet de frontière du boulevard périphérique ;
  • améliorer la régularité ;
  • réviser le nombre et le positionnement des arrêts en évitant en principe d’avoir un espacement inférieur à 250 m entre deux arrêts, principe pouvant être modulé selon les besoins (on pensera par exemple aux grandes places, pour éviter de multiples traversées de voirie pour accéder aux arrêts) ;
  • assurer le respect des couloirs réservés et des arrêts.

La proposition objet du nouveau dossier de transportparis s’intéressera essentiellement aux cinq premiers points. La numérotation proposée n’a rien de figé : nous avons choisi de conserver la trame existante et de donner des indices provisoires aux nouvelles lignes. Elle essaie de s'appuyer sur les principes de 1945 mais le lecteur constatera qu'ils ne sont plus véritablement adaptés, notamment face à l'objectif de mailler Paris et la première couronne. Notez également que nous n'avons pas pris en considération les Traverses et autres Montmartrobus.

Téléchargez directement notre document détaillant le contenu du projet : Restructuration_bus_Paris

Posté par ortferroviaire à 11:28 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags : ,

02 décembre 2015

RATP : Bus 2025 s'expose

En marge de la COP21, la RATP a présenté aujourd'hui au Champ de Mars différents véhicules destinés à être essayés à plus ou moins grande échelle voire exploités sur ses lignes, ayant pour point commun de s'affranchir des classiques moteurs Diesel, et plus particulièrement les prototypes d'autobus électriques destinés à une campagne d'essais sur différentes lignes du réseau.

IMG_0058

Paris - Champ de Mars - 2 décembre 2015 - Les Oreos 4X feront de la butte Montmartre leur terrain de prédilection. D'une capacité supérieure à celles des Oreos 55E, ils devraient améliorer les conditions de transport sur cette ligne de cabotage également très prisée des touristes. 11 autobus de ce type ont été commandés. © transportparis

 GXelec

Paris - Champ de Mars - 2 décembre 2015 - Heuliez présentait son GX ELEC, dérivé de son GX337 que la RATP reçoit actuellement en version hybride. Le constructeur poitevin remporte d'importants succès en Ile de France, à la RATP et sur les réseaux Optile. © transportparis

IMG_0041

Paris - Champ de Mars - 2 décembre 2015 - L'espagnol Irizar présentait son i12E qui sera lui aussi expérimenté sur les deux lignes tests du 21 et du 147 tout comme le GX ELEC. © transportparis

IMG_0042

Paris - Champ de Mars - 2 décembre 2015 - Même perspective pour le constructeur chinois Yutong qui peut être fort d'une expérience industrielle majeure avec pas moins de 1500 véhicules par mois. © transportparis

 IMG_0045

Paris - Champ de Mars - 2 décembre 2015 - Le polonais Solaris pénètre de plus en plus le marché français : le nouvel Urbino 12 électrique est le quatrième véhicule qui sera essayé sur les lignes 21 et 147. © transportparis

IMG_0049

Paris - Champ de Mars - 2 décembre 2015 -  Première apparition du Bluebus, l'autobus standard de 12 m entièrement électrique de Bolloré. Une esthétique flatteuse avec notamment une large surface vitrée pour un véhicule dont l'appellation est cette fois-ci conforme à la réalité physique ! Bolloré bousculera-t-il les constructeurs traditionnels ? Il a déjà remporté un essai grandeur nature avec 23 véhicules de ce type qui circuleront dans quelques semaines sur la ligne 341. © transportparis

Posté par ortferroviaire à 13:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Paris teste un Bluetram

Jusque fin janvier, un démonstrateur Bluetram de Bolloré circulera de 13h à 21h sur les Champs Elysées entre la Concorde et l'Etoile.

Présenté comme une aternative plus économique car sans rails et sans fils, Bluetram ne fait pas dans la dentelle en matière de communication et n'hésite pas à transformer un microbus de quartier de 20 places en alternative au tramway. Plus c'est gros, plus ça passe... Tout comme Rouen avait semé la confusion en appelant son tramway Métrobus, il est de bon ton de qualifier tout et n'importe quoi de tramway. Les arcanes de la communication sont impénétrables pour les pauvres techniciens...

Ceci dit, quand le produit est présenté comme 10 fois moins cher à l'installation qu'un tramway, la ficelle devient un peu grosse puisque la capacité de transport varie de 1 à 15 entre un Bluetram et un tramway. Certes, Bolloré annonce pouvoir développer des versions de 12, 18 et 24 m équivalentes à des autobus classiques... mais en restant dans le champ de l'autobus. D'ailleurs, ce 2 décembre, la RATP présentait au Champ de Mars son programme Bus 2025 incluant un "Bluebus" électrique de 12 m qui sera prochainement testé en ligne.

Lorsqu'on va sur le site de Bluetram, on s'aperçoit aussi que la communication manipule d'une étrange façon les mathématiques élémentaires. Ainsi, avec un véhicule de 12 m offrant 100 places circulant à une fréquence de 4 min, il serait possible de transporter 15 000 passagers par heure. "Fast Checking" de transportparis :

  • 100 places sur un véhicule de 12 m : certes, mais avec 8 voyageurs au m², soit des conditions de transport inacceptables. Ramené à 4  voyageurs au m², la capacité d'un véhicule de 12 m est de 65 à 70 places selon l'aménagement intérieur. D'ailleurs, quelques lignes plus haut sur la page du site Bluetram, il est fait mention de 90 places... ce qui reste encore très généreux ;
  • fréquence de 4 min soit 15 passages par heure ;
  • 15 x 100 = 1500 passagers transportés sur une heure et pas 15 000 ! Même en cumulant les 2 sens, la réalité est 5 fois inférieure à ce qu'annonce Bolloré ;
  • en considérant une capacité réelle de 70 places par véhicule, ce ne sont que 1050 voyageurs par heure et par sens qui peuvent être transportés.

Il faut donc prendre Bluetram pour ce qu'il est : le démonstrateur d'une technique de biberonnage en station pour l'exploitaton de véhicules urbains routiers de transport en commun, une des solutions explorées pour se passer de carburants d'origine fossile. Pas besoin de faire tout un "barnum" sur une solution extraordinaire. Le tramway a encore de beaux jours devant lui. Bluetram, comme d'autres prototypes développés par d'autres industriels (E-BRT chez Siemens, TOSA chez Hess...), marche plutôt sur les plates-bandes du trolleybus.

Posté par ortferroviaire à 10:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

08 octobre 2015

Le STIF accélère sur les bus "propres"

Le programme de transition énergétique des autobus de la RATP franchit une nouvelle étape. 467 autobus à faibles émissions sont intégrés à la nouvelle convention entre le STIF et la RATP approuvée le 7 octobre dernier. Actuellement, la RATP exploite 90 bus au GNV (gérés par le dépôt de Créteil) et 48 bus hybrides avec une exploitation pour l'instant limitée à 4 lignes avec 4 types de matériel différents : 21 Gare Saint Lazare - Porte de Gentilly avec MAN (Lion's City), 91 Gare Montparnasse - Bastille avec Heuliez (GX427), 147 Eglise de Pantin - Sevran Ronsard avec Irisbus (Citélis 12) et 167 Pont de Levallois - Colombes Audra également avec Heuliez (GX337).

La nouvelle convention porte sur l'acquisition de 467 véhicules supplémentaires sur la période 2016-2020 :

  • GNV : 100 standards + 70 articulés
  • Hybrides : 213 standards + 90 articulés
  • Electrique : 4 midibus

Ce programme s'ajoute aux commandes déjà passées et pour la plupart en cours de livraison, qui totaliseront :

  • 86 Heuliez GX337 Hybride
  • 12 Heuliez GX427 + 2 GX437 Hybride
  • 16 Irisbus Citélis 12 Hybride
  • 104 MAN Lion's City Hybride
  • 65 Iveco Urbanway 12 Hybride
  • 98 Iveco Urbanway 18 Hybride
  • 53 MAN Lion's City GNV

Le GNV reste en course avec l'objectif d'assurer la totalité du service des lignes gérées par le dépôt de Créteil, déjà équipé pour ce carburant, à horizon 2019, soit environ 200 autobus.

En outre, la RATP contractualise avec plusieurs constructeurs l'expérimentation d'autobus purement électrique qui seront engagés en service commercial sur la ligne 341 Porte de Clignancourt - Place de l'Etoile. Le BlueBus de Bolloré, dont ce sera probablement la première apparition en configuration 12 m, est déjà retenu avec l'essai de 20 véhicules. Les lignes 21 et 147, déjà exploitées en autobus hybrides, serviront aussi de banc d'essai pour d'autres véhicules : Heuliez a déjà été retenu pour fournir un véhicule à charge lente capable d'assurer une journée de service sans rechargement intermédiaire.

Posté par ortferroviaire à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

BHNS : 5 projets validés par le STIF

Dans le programme d'amélioration des transports en Ile de France, il n'y a pas que le Grand Paris Express. A l'autre bout de la chaîne multimodale, le bus reste un moyen de transport indispensable pour assurer le maillage fin des territoires et organiser le drainage des flux vers les axes structurants à grande capacité. Pas moins de 5 projets ont été validés par le Conseil du STIF d'hier, le dernier avant les élections régionales.

Altival

Le STIF a validé les objectifs du projet de liaison en site propre entre les deux branches du RER A, entre Bry sur Marne d'un côté et Sucy-Bonneuil de l'autre. Cette ligne doit en principe desservir également le projet de nouvelle gare Bry-Villiers-Champigny de la ligne 15 du Grand Paris Express et du RER E. Au-delà des deux gares du RER A, Altival desservia la ZAC Fontaine Giroux à Bry sur Marne et rejoindra la RD4 à Bonneuil sur Marne. Le coût du projet est estimé à 80 M€.

Mantes la Jolie

Même étape franchie pour le BHNS du mantois, qui reliera la gare de Mantes la Jolie au nouvel "écoquartier" situé à cheval sur Mantes et Rosny sur Seine en passant par l'hôpital et le quartier du Val Fourré. Le budget de cette opération est de 50M€, pour une ligne de 5 km environ, desservie à une fréquence inférieure ou égale à 10 minutes. Ce projet est coordonné avec le réaménagement du parvis nord de la gare de Mantes la Jolie, en lien avec la restructuration de la gare prévue au titre des projets EOLE et LNPN.

Argenteuil - Bezons - Sartrouville

Le STIF valide le lancement des études préliminaires de cette nouvelle ligne destinée à améliorer les conditions de transport dans une zone en forte évolution. Deux lignes assurent déjà cette liaison : Transdev exploite la ligne 9 du réseau R'Bus et la RATP la ligne 272, qui assure la correspondance avec le T2 à son terminus du pont de Bezons. Le BHNS emprunterait d'Argenteuil à Bezons les quais de Seine dont le réaménagement est prévu par le Département du Val d'Oise avec un site propre pour autobus. Il ferait son terminus au Val Notre Dame, où devrait également à terme arriver la Tangentielle Nord lors de son prolongement (à ce jour envisagé au-delà de 2025) d'Epinay sur Seine à Sartrouville. On notera localement une demande croissante pour un prolongement du T2 du Pont de Bezons au Val Notre Dame. En outre, le projet de BHNS ne semble pour l'instant pas envisager un accès direct à la gare de Sartrouville qui génère pourtant d'importants flux en bus dans ce secteur, ce qui parachèverait la constitution d'une transversale dans cette agglomération objet d'importants programmes de construction de logements.

Esbly - Val d'Europe

Le STIF confirme la poursuite du projet de BHNS à l'est de l'agglomération de Marne la Vallée, pour créer une liaison entre la ligne P (axe Paris - Meaux) en gare d'Esbly et le RER A (gares de Chessy et Val d'Europe), qui permettra également d'accéder plus rapidement à la gare TGV de Chessy. L'objectif est également de structurer les futurs développements urbains au-delà de Chessy. Le coût du projet oscille entre 117 et  142 M€ pour un linéaire d'une dizaine de kilomètres avec 11 ou 12 stations, un temps de parcours d'une demi-heure et une fréquence à l'heure de pointe de 8 minutes.

TZEN 5 Paris - Choisy le Roi

Ce sera la première ligne labellisée TZEN à pénétrer dans Paris. Entre Bibliothèque François Mitterrand et Choisy le Roi, cette nouvelle ligne viendra irriguer Seine Amont sur son flanc est, en complémentarité avec le RER C (traversant le centre de ce territoire) et T9 (sur son flanc ouest). Long de 9 km, les bus mettront 33 minutes pour relier les deux terminus. Le coût du projet est évalué à 116 M€. La fréquence sera de 6 à 10 minutes selon les heures. Le terminus de la ligne est assez excentré de la gare du RER C de Choisy le Roi, sans pour autant offrir de bonnes correspondances avec le TVM, le 393 ni le T9. Le coût total du projet est de 108,5 M€ pour l'aménagement de voirie et de 25 M€ pour le matériel roulant avec l'acquisition de 28 bus bi-articulés (dont ce sera la première exploitation commerciale en Ile de France). L'enquête d'utilité publique se déroulera l'année prochaine.

JPEG

Posté par ortferroviaire à 11:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,