C'était l'objectif de la RATP : faire du chantier de rénovation de la gare de Nanterre Ville le laboratoire pour les gares de surface du RER A. Les travaux ont commencé en février 2019... et on ne peut pas dire qu'il est terminé. Il serait plus exact de dire qu'il est délaissé. Puisque manifestement, les réunions de chantier ont été rares, transportparis en organise une...

La rénovation du bâtiment principal, côté nord, est le plus avancé, mais pas achevé. Outre les sols, toujours dans l'état de 1972, on note que les panneaux de mélaminé installés pour recouvrir les revêtements d'origine comprennent encore quelques trous. Un morceau de faux-plafond boisé a été aménagé, mais il ne couvre qu'une partie de la salle d'attente en direction de Paris. Côté sud, il manque toujours un distributeur de billets sur l'accès principal près de la rue Maurice Thorez. Le couloir entre l'accès du boulevard du Couchant et le bâtiment principal a perdu en largeur sur une partie de son linéaire avec un carrossage posé sur le revêtement ancien. La petite salle d'attente en direction de Saint Germain a été un peu mieux traitée. C'est le seul élément qui semble vraiment traité.

260622_Tx-nanterre-ville4

Nanterre Ville - 26 juin 2022 - Le hall principal côté Paris : les nouveaux habillages sont quasiment terminés, mais utilisent des matériaux très basiques. La RATP n'a pas oublié de changer la ligne de contrôle avec des équipements dont le fonctionnement reste médiocre (qui peut même se fermer sur vous après avoir réglementairement validé). Le sol reste celui de 1972. Il n'y a pas de petites économies. © transportparis

120622_Tx-nanterre-ville

260622_Tx-nanterre-ville5

Nanterre Ville - 26 juin 2022 - Il n'y a pas de petites économies : pour refaire la façade du bâtiment principal, il a fallu déposer le carrelage des quais posé dans les années 1990 sur les faïences bleues datant de 1972. Les nouveaux équipements sont posés sur des murs en piteux état au mépris le plus total de l'agrément du voyageur qui se retrouve dans une gare à l'abandon. Le premier cliché est pris sur le quais en direction de Paris, le second vers Saint Germain en Laye. © transportparis

Sur les quais, le festival de malfaçons est sidérant : les nouveaux écrans ont été fixés sur des murs qui ont perdu des carreaux, sur des saignées non rebouchées. Même chose pour les plans rétro-éclairés. Les nouveaux abris de quais ne brillent pas par leur pose rectiligne. Certains morceaux de toiture ont déjà disparu, d'autres morceaux sont en train de se désolidariser. Les nouveaux luminaires ont été fixés sur les bras métalliques des abris mais ils n'avaient pas été prévus en conséquence : aussi fallut-il fixer des platines plus larges pour suspendre ces nouveaux équipements dont l'alignement est plus qu'improbable.

260622_Tx-nanterre-ville2

Nanterre Ville - 26 juin 2022 - Vue générale vers Paris des quais : même pour la bande podotactile, le renouvellement est plus que sélectif (et en plus, elles sont mal fixées). Remarquez aussi que les nouveaux abris de quai partent déjà en lambeaux puisqu'il manque plusieurs morceaux de métal sur la finition de l'arête en direction de Paris. © transportparis

Sur les murs, une partie du carrelage de la rénovation du début des années 1990 a été déposée, laissant apparaître celui d'origine, de couleur bleue, manifestement pour prélever quelques faïences pour achever la rénovation d'un parement sur le bâtiment principal. Les rambardes en bordure de quai ont toutes été remplacées avec une grille aux mailles de largeur variable. Les accès sont matérialisés par une zone de carrossage vert jade.

260622_Tx-nanterre-ville3

Nanterre Ville - 26 juin 2022 - Sur le quai en direction de Saint Germain en Laye, on note qu'une fine couche de bitume a été récemment rajoutée. Sur les murs, les nouveaux équipements ont été posés sans terminer la rénovation du revêtement. Quant au doublon de signalétique, on pourra tout de même noter que l'ancien cadre (au premier plan), donne plus d'information que le nouveau, puisqu'il indique une sortie par escalier. © transportparis

Bref, ce chantier est assurément un prototype... de ce qu'il ne faut pas faire : comme on peut le constater dans le métro, le conception de la modernisation des espaces manque sérieusement d'imagination et le contrôle de la réalisation des travaux... d'efficacité. En conclusion : tout est à refaire ! Mais qui va s'en soucier ? Ile de France Mobilités semble avoir du mal à contrôler ce type d'opération. La RATP s'en désintéresse ouvertement (vu le résultat) et méprise les voyageurs : même avec les effets de la pandémie, il n'est pas acceptable de mettre plus de 4 ans pour rénover une gare. Combien a-t-il fallu de temps pour la reconstruire voici 50 ans ? La mairie de Nanterre pourrait donner de la voix, car la porte d'entrée au centre historique de la commune n'est pas vraiment flatteuse.