Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
transportparis - Le webmagazine des transports parisiens
5 février 2020

A la Bastille on n'circule point...

La nouvelle configuration de la place de la Bastille constitue manifestement un morceau d'anthologie dans les nouvelles conceptions de la voirie. Censée incarner une ville pensée autrement qu'autour de la voiture, la circulation autour de la Colonne de Juillet, constituant en réalité plusieurs carrefours à feux, a été remplacée par un nouvel aménagement faisant transiter toute la circulation par le nord de la place : la partie sud a été libérée pour agrandir l'espace public jusqu'à la Colonne. Evidemment, une piste cyclable à double sens a également été réalisée.

Le résultat est déconcertant.

nouvelle-bastille

La nouvelle configuration de la place de la Bastille n'est pas avare en difficultés posées aux transports en commun. Ainsi, les lignes 29 et 91 venant du boulevard Beaumarchais doivent, pour tourner à gauche, couper le flux de circulation de cet axe, mais aussi celui du boulevard Richard Lenoir... puis cisailler le courant à destination de la rue Saint Antoine et du boulevard Bourdon. Pour rejoindre la rue du Faubourg Saint Antoine (lignes 76 et 86), il faut couper le trafic venant de la rue de Lyon. Et pour les lignes 29, 87 et 91, venir de la rue de Lyon pour rejoindre le boulevard Beaumarchais ou le contresens du boulevard Henri IV suppose un parcours d'obstacles avec la quasi-totalité des embûches... sans compter une programmation des feux de nature à vous faire perdre jusqu'à 10 minutes. (PS : ne tenez pas compte des chiffres sur l'image, qui viennent identifier les nouveaux maénagements, pas tous finis, sur la place).

D'un point de vue paysager, le flanc nord de la place est une forêt de feux tricolores, très rapprochés, mal synchronisés : on s'y perd, il est facile de se retrouver à franchir un feu rouge par inadvertance ou à circuler sur un couloir de bus (rassurez-vous, matérialisé par une simple bande peinte).

Le schéma de circulation fait donc converger au nord de la place des flux conséquents, sur un espace réduit. En guise de zone intertropicale de convergence, la pointe Richard Lenoir / Beaumarchais, avec pour conséquence une capacité de la nouvelle configuration à bloquer tout le trafic.

Si les piétons gagnent un espace plus grand au sud de la place (au-dessus de la station de la ligne 1 du métro), les trottoirs les plus intéressants, sur les flancs ouest, nord et est n'ont que marginalement évolué. La traversée des rues reste toujours aussi délicate... mais cette fois-ci, les bouchons en plus !

Pour les vélos, l'accès à la piste cyclable située dans l'intérieur de la place, au plus près de la Colonne, suppose de franchir le flux d'automobiles engluées dans l'imbroglio des feux tricolores.

Conclusion : cette nouvelle configuration passe à côté de l'essentiel : faire un lieu agréable. Avoir une grande esplanade au sud si on a un concert de klaxons tout autour, et que cet espace n'est accessible qu'en franchissant des murailles d'automobiles bloquées, la belle affaire !

Quant aux transports en commun, une fois de plus, ce sont les oubliés des décisions de la Ville de Paris... et pour autant, les vélos ne s'en sortent pas la main haute : il suffit de voir la tête des cyclistes, mettant pied à terre pour passer entre les pare-chocs. Cela remplace un référendum !

020220_87bastille1

Paris - Place de la Bastille - 2 février 2020 - Ce service partiel du 87 fait terminus à la Bastille, mais se retrouve englué dans la circulation générale puisque le couloir d'autobus est occupé par des taxis en stationnement : ça commence bien ! © transportparis

020220_86bastille1

Paris - Place de la Bastille - 2 février 2020 - Situation à peine plus confortable pour cet Urbanway hybride (arboraint la riante livrée du moment) qui va devoir se faufiler entre les véhicules coincés entre des feux mal synchronisés (si tant est qu'il puisse l'être) pour rejoindre le Faubourg Saint Antoine. © transportparis

020220_91bastille

Paris - Place de la Bastille - 2 février 2020 - Le boulevard Beaumarchais complètement bloqué. Ce service de la ligne 91 a eu bien du mal à se frayer un chemin pour pouvoir entrer sur la place. Outre la remontée difficile du bouchon dans un couloir bien occupé par les cyclistes (ralentissant de fait l'autobus), ce GX437 hybride a perdu plus de 10 minutes entre son arrêt et le moment où est pris ce cliché. Hourra ! Les cyclistes doivent aussi redoubler de prudence pour se frayer un chemin dans la circulation. © transportparis

Pourquoi ne pas avoir maintenu le principe d'une circulation autour de la Colonne ? Il aurait probablement été plus efficace de réduire la taille du giratoire, au bénéfice des trottoirs déjà animés, et en intégrant des aménagements cyclables une meilleure gestion du trafic des autobus sur une place qui, d'ailleurs, posait probablement moins de problèmes de régulation du trafic qu'aujourd'hui.

0602_20+91bastille

Paris - Place de la Bastille - Juin 2002 - Une autre époque : certes, une place très vaste pour la circulation mais des autobus qui arrivaient à circuler sans trop de difficultés. Les solutions adoptées sur la nouvelle configuration n'ont pas franchement pris souci de l'efficacité des transports publics, de plus en plus relégués au même titre que la circulation automobile individuelle. Quelle étrange et dangereuse conception... © transportparis

Publicité
Publicité
Commentaires
P
Cette Place est une aberration conçu par des irresponsables ! Que tout ceux qui refusent les voitures aillent vivre à la campagne ! Paris est une capitale qui doit circuler et pas seulement à vélo ! Il ya une majorité de gens dont le travail est dépendant de véhicules. Tout ces embouteillages ne font qu'aggraver la situation ! Ouvrons les axes de circulation au lieu de les scléroser. Le métro est bondé, les bus ne circulent plus ! Il faut arrêter de réduire ... A ceux qui sont content de ce merdier que supportent les automobilistes devraient réfléchir a ce que vont devenir leurs commerces, leurs restaurants, leurs livraisons bref l'ensemble de leurs besoins autre que celui de se balader à pieds !
Répondre
T
Petite observation de soirée (18h00 - 18h30) : j'ai eu du bol, les bus passaient plutôt bien !<br /> <br /> Les vacances ?<br /> <br /> <br /> <br /> Plus sérieusement : le séquençage des feux est trop fragile, particulièrement vis-à-vis du respect des accès censés être réservés aux bus, taxis et vélos.<br /> <br /> Il suffit qu'une voiture de trop s'engage dans la mauvaise file, tant pour le tourne-à-gauche de Beaumarchais ou l'accès depuis Rivoli, pour gêner...donc là : solution PV. <br /> <br /> Une aberration : les quatre paires de feux tricolores régissant le mouvement de tourne-à-droite vers Beaumarchais ne se ferment pas dans le bon ordre...l'intention était louable : minimiser les temps dits "de dégagement" où tous les feux sont au rouge...mais mal implémentée ici.<br /> <br /> Et évidemment l'excès de flux admis depuis Richard-Lenoir, donc il y a la solution de couper le robinet (comme le propose Bergeron), ou en attendant de refaire le plan de circulation, de réduire le temps de vert (d'environ 20s).<br /> <br /> <br /> <br /> Donc surtout des PV et des réglages de quelques secondes par ci par là pour commencer, ça devrait déjà pas mal "aérer" la situation pour les bus.<br /> <br /> <br /> <br /> P.S. : les mouvements des bus 29/91 sont bien pris en compte, et théoriquement ils doivent pouvoir traverser la place en une seule fois (coordination des feux)...quand ils ne sont pas gênés.
Répondre
M
Uniquement du point de vue du cycliste, c'est effectivement plus agréable qu'une grande place de type rond point. Une fois qu'on a compris les flux de voitures, on peut sans difficulté s'intégrer dans celui qu'on cherche, et en sortir facilement, sans le danger de la place rond point, ou on doit en permanence faire attention aux voitures qui peuvent arriver des différents cotés.<br /> <br /> Ce n'est pas pour dire que c'est parfait, et la situation des transports en commun est sans doute problématique, mais dire que c'est moins bien pour les cyclistes est, à mon avis, erroné.
Répondre
P
Encore un record de battu (pour moi ... si certains ont mieux qu'ils le disent ; le concours est ouvert) : Ce matin avec le 87 en provenance du Pont Sully donc sur le Bd Henri IV 9 mn pour franchir la place en l'absence de tout embouteillage (une dizaine de véhicules devant le bus qui passaient au feu vert un par un !!!!!) ... pour couronner le tout un camion garé en plein milieu de la chaussée. Si des véhicules prioritaires avaient voulu passer, c'était "niet" ... mieux vaut qu'il n'y ait pas d'incendie dans le quartier, ni d'accident ni de malades très gravement atteint ...<br /> <br /> Les concepteurs de ce truc (qu'il faudra de toutes façons démolir dans les 5 ans) sont des irresponsables graves !!!
Répondre
D
Il y aura quelque chose de simple à faire : un rétrécissement de voies sur les avenues menant à la place de la Bastille pour que les bouchons de voitures soient déplacés en dehors de la place.
Répondre
F
Le tramway est la solution idéale pour apaiser la circulation: je suis allé à Paris cette semaine et je constate l’énorme différence avec Lyon <br /> <br /> <br /> <br /> Certes Lyon est bien plus petite, mais le tram apaise des secteurs entiers<br /> <br /> <br /> <br /> L’aménagement est peut être conçu pour « emmerder » les automobilistes, mais vu l’état de la circulation a paris c’est bien normal , mais il faut aller plus loin et relancer massivement le tram dans Paris : cela réduira la circulation et la pollution et permettra de désengorger un peu le métro qui est en limite de capacité
Répondre
V
Pour prendre la place de la bastille tous les jours, je confirme que c'est un échec lamentablement coûteux. Il est certain que cela allonge le temps de trajet des véhicules routiers, mais est-ce que cela en diminue vraiment la quantité ? Les automobilistes partent plus tôt ou plus tard, et sont assurés de consommer plus avec des temps de conduite qui explosent. <br /> <br /> En fait, il ne s'agit pas d'aménagement, mais d'occupation de l'espace avec beaucoup d'argent qui aurait pu aller dans un tramway; plutôt que vouloir mal réinventer la roue. Je partage donc totalement l'analyse de l'article. <br /> <br /> <br /> <br /> La politique actuelle ne réduit pas vraiment le trafic automobile et surtout considère l'ensemble comme un tout nuisible. Or, il y a des trafics routiers nécessaires , à commencer par les services publics qui sont pris dans la même nasse. Si les livreurs font deux fois moins de livraisons dans la même journée, chaque livraison coûtera deux fois plus cher et sera d'autant plus polluante. Si le commerce de proximité ne peut plus être raisonnablement approvisionné, cela va soit le tuer, soit faire exploser les prix. Si un plombier ne peut plus se garer, les interventions seront encore plus coûteuses. <br /> <br /> Seul un péage urbain est en mesure de créer de la valeur. Celui de Londres avait rapidement fait baisser la circulation de 20% et de 16% durablement. <br /> <br /> Plutôt que de faire payer l'automobiliste par du temps passé supplémentaire, les nuisances qu'il crée, mieux vaut lui faire verser une contribution financière qui paiera les investissements dans des TC structurants.
Répondre
F
Place de la Bastille, l'intérêt de l'esplanade réalisée était d'assurer une continuité avec les berges du port de plaisance de l'Arsenal, agréable lieu de promenade très fréquenté avec de belles terrasses de café et qui n'est pas privatisé (sauf les pontons) mais bien public. Un monumental escalier passant sous le métro devait rejoindre les berges : j'espère qu'il sera réalisé et que cela n'a pas été abandonné pour des raisons d'économie. Le pavillon de Guimard n'existe malheureusement plus depuis longtemps, sinon cela aurait pu faire une aussi belle place que la Karlplatz de Vienne avec les célèbres pavillons d'entrée d'Otto Wagner (intéressante exposition en cours à la Cité de l'architecture sur Otto Wagner qui intégrait le métro avec ses ouvrages en surface dans des projets d'urbanisme). La localisation de la piste cyclable à l'intérieur de l'anneau n'est pas dénuée d'intérêt, étant en continuité directe avec les pistes du boulevard Bourdon et du boulevard de la Bastille. Le seul inconvénient est de devoir traverser pour rejoindre les autres avenues(ou en venir), ce qui n'est pas évident de prime abord. Les traversées sont bien prévues mais multiplient feux rouges et passages en décalé, sources d'incidents quand ni les uns ni les autres (voitures - deux roues) ne respectent les feux. Les couloirs de bus ne sont pas bien visibles - si on n'a pas l'habitude, on ne sait plus où passer - ni les arrêts eux-mêmes. Des améliorations seraient nécessaires, y compris aussi par une présence d'agents de circulation, par exemple pour les bus qui doivent traverser les files venant du boulevard de la Bastille pour rejoindre la rue de Lyon : les automobilistes ont trop souvent une attitude auto-bloquante...Pour écouter agréablement de la musique, il y a toujours les salles de cet opéra symbolique édifié à la Bastille, et dont l'esplanade a profité de la réduction bienvenue de circulation rue du faubourg saint Honoré et rue de la Roquette...
Répondre
V
Un candidat éclairé n'a qu'à proposer de raser la place pour y construire un hyperloop, et problème réglé...
Répondre
T
Initialement le projet était plus simple : seul le sens est-ouest était maintenu.<br /> <br /> Donc grosso modo une chaussée à sens unique avec un couloir à contre-sens pour les bus.<br /> <br /> Mais il semblerait que la perspective de transformer -en pratique- le Boulevard Henri IV en cul-de-sac n'a pas plu...et pourtant là la Mairie était libre de toute interférence préfectorale...<br /> <br /> <br /> <br /> Par contre va falloir arrêter avec le mythe des "feux pas coordonnés" : ils le sont, d'ailleurs pour cela que la traversée se fait quasiment en deux temps au bout du terre-plein du Boulevard Richard-Lenoir.<br /> <br /> Ils sont coordonnés en à peu près en "deux phases et demi" : <br /> <br /> - une pour écouler le trafic du Boulevard Henri IV (+Beaumarchais)<br /> <br /> - une pour écouler le trafic du Boulevard de la Bastille et de la rue de Lyon<br /> <br /> - une "demi" qui s'intercale pour assurer les mouvements des 29/91 de Beaumarchais vers la rue de Lyon<br /> <br /> <br /> <br /> Comme le suggère NonauCDGExpress, supprimer l'accès depuis le Boulevard Richard-Lenoir peut être une partie de la solution.<br /> <br /> J'ajouterai que revenir à l'idée initiale serait également de nature de simplifier le schmilblick : cela revient à reporter la fonction ouest - est via le quai Henri IV et le Boulevard de la Bastille. <br /> <br /> A voir une éventuelle articulation avec le projet d'une certaine candidate de "piétonniser" les quatre arrondissements centraux (entendez : supprimer le transit automobile, les bus, vélos, taxis pouvant toujours passer à travers...).
Répondre
N
Pour traverser cette place aussi bien en vélo qu'en voiture, je suis satisfait des nouveaux aménagements qui brisent la vitesse des voitures et des 2-roues motorisées, véritables armes contre les cyclistes et les piétons dans la configuration antérieure de la place.<br /> <br /> Je suggère aux élus de la prochaine équipe municipale de fermer à la circulation motorisée la section Chemin-Vert - Bastille du boulevard Richard Lenoir et de la dévier sur le boulevard Beaumarchais, ce qui simplifiera grandement la lisibilité des croisements sur la nouvelle place et auquel les usagers finiront bien par s'habituer. Le sens Bastille Richard Lenoir reste inchangé comme aujourd'hui.<br /> <br /> La place ainsi configurée devient une vraie place où toutes sortes d'événements peuvent cohabiter bien protégés de l'agressivité des conducteurs d'engins motorisés.
Répondre
B
Je pense que vous avez une vision bien trop négative de cette nouvelle configuration :<br /> <br /> - tout d'abord on ne peut que louer la bonne intention de réduire le trafic automobile <br /> <br /> - ensuite n'est-ce pas une bonne idée que de permettre aux touristes de s'approcher au plus près de la colonne de juillet ?<br /> <br /> - et enfin, parmis les transports en commun, ne doit-on pas plutôt privilégier le métro à l'autobus, plus capacitaire, plus rapide et plus écologique ? Voir même le tramway des gares...
Répondre
V
Il aurait fallu faire comme à République, un espace bus au sud de la place qui leur aurait permis de se dissocier du flux automobile... Malheureusement ils ont pratiqué cette mise à découvert du canal Saint-Martin chère et discutable qui empêchera de réparer cette erreur.<br /> <br /> <br /> <br /> Conclusion : vivement le tram!
Répondre
Publicité