Jusque fin janvier, un démonstrateur Bluetram de Bolloré circulera de 13h à 21h sur les Champs Elysées entre la Concorde et l'Etoile.

Présenté comme une aternative plus économique car sans rails et sans fils, Bluetram ne fait pas dans la dentelle en matière de communication et n'hésite pas à transformer un microbus de quartier de 20 places en alternative au tramway. Plus c'est gros, plus ça passe... Tout comme Rouen avait semé la confusion en appelant son tramway Métrobus, il est de bon ton de qualifier tout et n'importe quoi de tramway. Les arcanes de la communication sont impénétrables pour les pauvres techniciens...

Ceci dit, quand le produit est présenté comme 10 fois moins cher à l'installation qu'un tramway, la ficelle devient un peu grosse puisque la capacité de transport varie de 1 à 15 entre un Bluetram et un tramway. Certes, Bolloré annonce pouvoir développer des versions de 12, 18 et 24 m équivalentes à des autobus classiques... mais en restant dans le champ de l'autobus. D'ailleurs, ce 2 décembre, la RATP présentait au Champ de Mars son programme Bus 2025 incluant un "Bluebus" électrique de 12 m qui sera prochainement testé en ligne.

Lorsqu'on va sur le site de Bluetram, on s'aperçoit aussi que la communication manipule d'une étrange façon les mathématiques élémentaires. Ainsi, avec un véhicule de 12 m offrant 100 places circulant à une fréquence de 4 min, il serait possible de transporter 15 000 passagers par heure. "Fast Checking" de transportparis :

  • 100 places sur un véhicule de 12 m : certes, mais avec 8 voyageurs au m², soit des conditions de transport inacceptables. Ramené à 4  voyageurs au m², la capacité d'un véhicule de 12 m est de 65 à 70 places selon l'aménagement intérieur. D'ailleurs, quelques lignes plus haut sur la page du site Bluetram, il est fait mention de 90 places... ce qui reste encore très généreux ;
  • fréquence de 4 min soit 15 passages par heure ;
  • 15 x 100 = 1500 passagers transportés sur une heure et pas 15 000 ! Même en cumulant les 2 sens, la réalité est 5 fois inférieure à ce qu'annonce Bolloré ;
  • en considérant une capacité réelle de 70 places par véhicule, ce ne sont que 1050 voyageurs par heure et par sens qui peuvent être transportés.

Il faut donc prendre Bluetram pour ce qu'il est : le démonstrateur d'une technique de biberonnage en station pour l'exploitaton de véhicules urbains routiers de transport en commun, une des solutions explorées pour se passer de carburants d'origine fossile. Pas besoin de faire tout un "barnum" sur une solution extraordinaire. Le tramway a encore de beaux jours devant lui. Bluetram, comme d'autres prototypes développés par d'autres industriels (E-BRT chez Siemens, TOSA chez Hess...), marche plutôt sur les plates-bandes du trolleybus.