Alors que le STIF et la RATP ont officialisé le 5 juin dernier le lancement des études de l'automatisation de la ligne 4, avec un coût de 256 M€ financé à hauteur de 100 M€ par le STIF, revenons sur l'automatisation de la ligne 1 menée par la RATP. Première ligne par sa fréquentation avec 725 000 voyageurs par jour en moyenne, la décision de passer en exploitation sans conducteurs a été prise compte tenu de la valeur ajoutée fonctionnelle apportée (taux d'éxécution de l'offre, régularité, souplesse d'adaptation de l'offre) et de l'écart de coût limité par rapport à une modernisation classique des équipements installés dans les années 1960.

Automatiser une ligne de si fort niveau de trafic sans interruption majeure du service, c'était une première : si la première opération de ce genre fut réalisée à Nuremberg sur la ligne 2, l'ampleur du projet parisien lui permet sans nul doute de marquer un repère important dans l'histoire technique du métro parisien et des métros européens.

Vous pouvez consulter le nouveau dossier de transportparis consacré à l'automatisation de la ligne 1... et apportez vos commentaires !